Tolkien écrivain ? (1)

La question reprise en titre correspond au fuseau ouvert par « Vorna » sur Tolkiendil le 23/9/12. J’utilise, dans ma discussion, l’abréviation « SdA » pour « Le Seigneur des Anneaux » et « HoME » pour « History of Middle-Earth », 12 volumes publiés par Christopher Tolkien, le fils et l’héritier littéraire de J.R.R. Tolkien. Cette discussion date du 1/10/12.

Une seule grande œuvre ou quelques-unes suffisent souvent à faire un grand auteur, qu’il soit philosophe (L’éthique de Spinoza, les trois Critique de Kant) ou « écrivain » (La recherche du temps perdu de Proust, Ulysse de Joyce, etc.)

Pour Tolkien, cette œuvre est Le Seigneur des Anneaux. Ce n’est pas seulement que je sois convaincu que c’est le SdA, c’est surtout que c’est cette œuvre qui fait, depuis le début et jusqu’à aujourd’hui, le cœur de la force de Tolkien pour ses lecteurs. Ce qui n’empêche pas : (1) qu’on puisse aimer autant ou préférer, si l’on veut, ses autres œuvres ; (2) que les publications posthumes ont effectivement complètement changé la réception de l’auteur et de son œuvre ; (3) que le SdA n’existerait de toute façon pas sans les autres œuvres (évidemment sans Le Hobbit, mais aussi sans Le Silmarillion comme le montrent les HoME).

Je ne pense pas par ailleurs que ce soit gênant qu’une œuvre principale puisse masquer les autres œuvres d’un auteur. C’est la différence entre l’écrivain qu’on ne connait que de loin, puis l’écrivain auquel on s’intéresse et dans l’œuvre duquel on entre. Je pourrais très bien ne connaitre de Kafka que Le Procès et La métamorphose : si je m’y intéresse, je découvrirai sans faute ses deux autres romans inachevés, ses nouvelles, mais aussi son Journal, sa correspondance, etc.

Pour Tolkien, le problème est, notamment qu’il n’est pas reconnu comme un écrivain majeur. Il a un succès populaire énorme, mais ce n’est évidemment pas la même chose. Dans un dictionnaire Larousse du début du XXe siècle, on peut constater qu’Anatole France est présenté comme un écrivain majeur alors que Rimbaud et Mallarmé sont des espèces d’écrivaillons obscurs… Le succès des foules se dissipe comme les foules elles-mêmes, et la vague qui vous avait soulevé vous ramène aussi vite sur le sable humide et froid de la grève.

Bien sûr, Tolkien est un cas particulier, parce qu’il n’a pas seulement un succès populaire. Il y a aussi une part de son public qui produit des études sérieuses sur son œuvre. Hammond & Scull, Flieger, Shippey dans le domaine anglosaxon depuis déjà plus de vingt ans, et depuis une dizaine d’années plusieurs travaux francophones, notamment avec l’impulsion de Vincent Ferré du côté universitaire et de sites de fans exigeants comme Jrrvf puis Tolkiendil par ailleurs.

Toutefois, cette « reconnaissance » de l’œuvre et de l’auteur dépassent à peine le cercle des convaincus.

Certes, la question de savoir si Tolkien est ou pas un écrivain, sous-entendu un « bon » écrivain reste subjective. Mais ce genre de question est toujours une question de valeur. Quand on se demande si tel récit est de la littérature ou tel tableau de l’art, cela veut toujours dire in fine : est-ce suffisamment bon pour en être ?

La question reste néanmoins subjective, mais il y a tout autre chose qui est en jeu : la reconnaissance, la participation à un patrimoine des grands auteurs et des grandes œuvres. De ce point de vue-là, ça vaut toujours la peine de défendre un auteur qu’on croit important pour qu’il ait la reconnaissance qu’il mérite. C’était exactement le sujet de l’intervention d’Isabelle Pantin au colloque de Rambures en juin 2008 (cf. Tolkien aujourd’hui).

Pour moi, Tolkien est un grand écrivain notamment parce qu’il a un style fort, unique et puissant. Ce serait très long de le démontrer et tous mes travaux sur Tolkien vont dans ce sens (d’ailleurs, je note en passant qu’il y a une entrée « Tolkien écrivain » dans le Dictionnaire Tolkien et que j’ai eu la chance de la rédiger… ).

Je contourne la question plutôt que d’y répondre parce que j’ai traité longuement du style de Tolkien, il y a 4 ans déjà, dans un fuseau de Jrrvf consacré à la traduction :

À nouveau la traduction du Seigneur des Anneaux par Francis Ledoux

J’ai en un sens abordé une nouvelle fois ce thème sur Jrrvf dans une comparaison entre Game of Thrones et Tolkien, notamment avec la même question de la traduction :

Le Trône de fer-article du Point

La récurrence de la traduction s’explique ici par le fait que, pour moi, il est très difficile de percevoir à quel point Tolkien est un grand écrivain si on ne le lit pas en anglais. Pas seulement parce qu’il vaut toujours mieux lire la langue originale que la traduction si l’on veut apprécier le travail d’un écrivain, mais aussi parce que, selon moi, Ledoux a traduit consciencieusement Tolkien en français, mais jamais comme un grand écrivain. La traduction de Daniel Lauzon est sûrement beaucoup plus à même pour mieux rendre la dimension littéraire du style de Tolkien dans Le Hobbit. C’est en tout cas une préoccupation que je partage avec le traducteur. On ne peut que souhaiter que ce travail historique de traduction se poursuivra avec le SdA que Tolkien appelait, dans sa correspondance, son « magnum opus ».

L’un des signes que Tolkien est un grand écrivain, c’est qu’il a dit quelque part, mais je ne me souviens plus où, sûrement dans sa correspondance, qu’il avait écrit le SdA avec son sang et qu’il n’y a pas un seul mot qu’il n’ait pas patiemment pesé. Tolstoï disait quelque chose du même genre pour Guerre et paix.

Si l’on peut dire d’un roman de plusieurs centaines voire d’un millier de pages que pas un seul mot ne pourrait en être changé sans risquer de gâcher la perfection de l’ensemble, c’est qu’on se trouve face à l’œuvre d’un grand écrivain.

Ce n’est pas ce que Tolkien, qui est modeste, a dit de lui-même, mais juste que chacun des centaines de milliers de mots qu’il avait écrit pour composer le SdA avait été soigneusement choisi… Ce qui est énorme.

On aurait néanmoins ici pleinement raison de rappeler que telle ou telle phrase du SdA aurait pu être différente sans que cela ne change fondamentalement la qualité d’ensemble de l’œuvre, comme le montrent tous les brouillons d’écrivain pour toutes les œuvres.

En réalité, aucune grande œuvre n’est parfaite. Mais une grande œuvre est celle qui nous donne le sentiment et le gout de la perfection. Et ça, ce n’est pas donné à n’importe quelle œuvre, mais c’est bien l’effet que provoque sur moi le Seigneur des Anneaux, du moins depuis que je l’ai lu en anglais, et tardivement, après beaucoup d’autres grands auteurs.