Position et création des problèmes chez Bergson

« Première règle : Porter l’épreuve du vrai et du faux dans les problèmes eux-mêmes, dénoncer les faux problèmes, réconcilier vérité et création au niveau des problèmes.

En effet, nous avons le tort de croire que le vrai et le faux concernent seulement les solutions, ne commencent qu’avec les solutions. Ce préjugé est social (car la société, et le langage qui en transmet les mots d’ordre, nous « donnent » des problèmes tout faits, comme sorits des « cartons administratifs de la cité », et nous imposent de les « résoudre », en nous laissant une maigre marge de liberté). Bien plus, le préjugé est infantile et scolaire : c’est le maitre d’école qui « donne » des problèmes, la tâche de l’élève étant d’en découvrir la solution. Par là nous sommes maintenus dans une sorte d’esclavage. [p. 4] (…) « La vérité est qu’il s’agit, en philosophie et même ailleurs, de trouver le problème et par conséquent de le poser, plus encore que de le résoudre. Car un problème spéculatif est résolu dès qu’il est bien posé. J’entends, par là que la solution en existe alors aussitôt, bien qu’elle puisse rester cachée et, pour ainsi dire, couverte : il ne reste plus qu’à la couvrir. Mais poser le problème n’est pas simplement découvrir, c’est inventer. La découverte porte sur ce qui existe déjà, actuellement ou virtuelle- ment ; elle était donc sûre de venir tôt ou tard. L’invention donne l’être à ce qui n’était pas, elle aurait pu ne venir jamais. Déjà en mathématiques, à plus forte raison en métaphysique, l’effort d’invention consiste le plus souvent à susciter le problème, à créer les termes en lesquels il se posera. Position et solution du problème sont bien près ici de s’équivaloir : les vrais grands problèmes ne sont posés que lorsqu’ils sont résolus. » [I, PM, 1293, 51-52 (…) ].

Non seulement toute l’histoire des mathématiques donne raison à Bergson. Mais on comparera la dernière phrase du texte de Bergson avec la formule de Marx, valable pour la pratique elle-même : « L’humanité ne se pose que les problèmes qu’elle est capable de résoudre. » Dans les deux cas, il ne s’agit pas de dire que les problèmes sont comme l’ombre de solutions préexistnates (tout le contexte indique le contraire). Il ne s’agit pas davantage de dire que seuls comptent les problèmes. [p. 5] Au contraire, c’est la solution qui compte, mais le problème a toujours la solution qu’il mérite en fonction de la manière dont on le pose, des conditions sous lesquelles on le détermine en tant que problème, des moyens et des termes dont on dispose pour le poser. En ce sens l’histoire des hommes, tant du point de vue de la théorie que de la pratique, est celle de la constitution des problèmes. C’est là qu’ils font leur propre histoire, et la prise en compte de cette activité est comme la conquête de la liberté. (Il est vrai que, chez Bergson, la notion de problème a ses racines au-delà de l’histoire, dans la vie elle-même ou dans l’élan vital : c’est la vie qui se détermine essentiellement dans l’acte de tourner des obstacles, de poser et de résoudre un problème. La construction de l’organisme est à la fois position de problème et solution). [I. Selon Bergson, la catégorie de problème a une importance biologique beaucoup plus grande que celle, négative, de besoin.] »

 

(Le Bergsonisme, Deleuze, 1966, pp. 3-5)