Hors-cadre

« Tout ceci a contribué à créer le malaise dont j’ai parlé au début, en me ramenant à la difficulté de concilier deux sentiments antagonistes: d’un côté l’attachement opiniâtre à une certaine conception de la littérature, de l’autre le soupçon qu’elle s’adaptait de moins en moins bien à un cadre sans cesse transformé par l’évolution des choses. En a émergé le besoin d’entreprendre un travail cette fois délibérément hors-cadre, qui ne répondrait à aucune demande, n’aurait aucune utilité professionnelle et ne serait justifié par aucune compétence. J’ai choisi de le consacrer à l’œuvre de Tolkien à cause de sa singularité extrême, et parce qu’elle m’avait donné l’occasion de voir plus clairement certaines impasses. De plus, elle représentait à elle seule toute une province de la littérature, mais une province qu’on n’arrivait pas à situer. »

(Isabelle Pantin dans Tolkien aujourd’hui, 2011, p. 361).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *