Et si Dieu nous était… compté

BD : Dieu en personne de Marc-Antoine Mathieu

Couverture de la bd "Dieu en personne" de Marc-Antoine Mathieu Présentation sur la bédéthèque de BDGest’ :

Dans une file d’attente, un petit bonhomme attend patiemment son tour. Au moment de décliner son identité, il se présente sous le nom de « Dieu ». Il n’a pas de domicile, pas de papiers, ni de numéro de sécurité sociale. L’irruption de cette énigme métaphysique « en personne » déclenche un phénomène médiatique majeur… Un procès géant est bientôt organisé contre ce « Coupable Universel ».

Un bel album, tant par son thème exceptionnel que par le traitement magistral qu’en donne, une fois de plus, Marc-Antoine Mathieu. Seul un auteur de tout premier plan peut aborder de front un thème tel que la venue de « Dieu en personne » sur terre dans une société moderne saturée d’images et livrée à la surconsommation, sans y perdre des plumes… L’auteur ne se contente d’ailleurs pas d’en sortir mais nous offre une bande dessinée de haut vol, qui compte parmi ses plus grandes réussites, ce qui n’est pas peu dire. On peut surtout apprécier à quel point ce thème paradoxal et intraitable, Dieu en personne et en bande dessinée, offre à Marc-Antoine Mathieu l’occasion de renouveler ses obsessions sur un mode inédit et plein de fraicheur, aux antipodes des astuces qui font la singularité de la série des Acquefacques. Ici, c’est avec sobriété que l’auteur traite, excusez du peu, de Dieu, avec les composantes de son univers si fascinant : pédantisme intellectuel, questions existentielles et métaphysiques, humour de l’absurde, mises en abyme, autocommentaires et mises en scène narratives renversantes. Il y a même une sorte de suspense palpitant très particulier à voir ainsi évoluer Dieu dans les sphères de l’humanité, sans pouvoir décider du déroulement d’une telle intrigue. L’ouvrage cependant oscille entre un récit et un recueil d’épisodes, en parvenant habilement à prélever au passage les avantages des deux modes de narration sans devoir faire les frais d’un tel entre-deux. Ceux qui ont le gout des histoires regretteront seulement que le ludisme formel des narrations qui se jouent du lecteur et des fins qui ne veulent pas conclure prévalent encore ici, alors qu’on était si bien parvenu à s’attacher à cet enjeu de taille… C’est de Dieu, tout de même, qu’il est ici question ! Par ailleurs, l’album est aussi une fable mi-malicieuse, mi-cynique sur les dérives d’une société qui ne jure que par la communication, carrefour de la consommation et des médias de masse. De ce point de vue, l’interrelation entre la question de Dieu, les sciences tant humaines qu’exactes, et la communication omnipotente est d’une richesse incomparable, même si l’on regrettera là aussi que la critique sociale un peu caricaturale l’emporte au bout du compte sur la finesse vertigineuse de l’intrigue.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.