Samouraïs errants en quête de paysages

BD : Okko tome 3, Le cycle de la terre – I, de Hub

Couverture du tome 3 de la bd Okko de Hub

Présentation sur la bédéthèque de BDGest’ :

Okko, le rônin sans maître, est à la tête d’un petit groupe de chasseurs de démons et arpente ainsi les terres de l’empire du Pajan. Il est accompagné de Noburo, singulier géant qui cache son identité derrière un masque rouge, du moine Noshin, bonze fantasque – qui a la faculté d’invoquer et de communiquer avec les forces de la nature et grand amateur de saké -, et enfin de Tikku, jeune pêcheur devenu membre à part entière de la troupe, à qui Noshin enseigne les mystères de son art. Afin de fuir les batailles qui mettent l’empire du Pajan à feu et à sang, Okko et ses compagnons trouvent refuge dans les montagnes des Sept-Monastères. A la recherche d’un guide pour traverser les montagnes, ils sont témoins d’un meurtre. S’élançant à la poursuite de l’assassin, Noburo est grièvement blessé par des sorciers qui portent l’emblème d’un corbeau. Le petit groupe se lance alors sur la piste de cette mystérieuse confrérie…

Sur les trois premiers cycles, soit sur les trois quarts de la série, cet ouvrage est celui que je préfère. La plupart des critiques qu’il reçoit sont issues d’un malentendu. Ici, Hub s’élève à une dimension supérieure du récit. Les fils s’y tissent plus patiemment, dans une ample lenteur, avec beaucoup d’attentes frustrées (la succession des monastères), dans un cadre narratif plus complexe et plus large (la vie du narrateur plus tendue et plus dense, la voix off plus grave, l’arrière-fond des guerres qui déchirent le royaume entre les familles du Pajan et du Bashimon). Ceux qui regrettent une action plus rythmée et plus satisfaisante sont en fait ceux qui s’intéressent avant tout à l’action. Le tome suivant les dédommagera bien. Mais dans celui-ci, pour une fois, l’action n’était pas le tout du récit, et c’est clairement ce qui place ce volume au-dessus des autres et non en dessous.
La complexité, la diversité et la richesse des lieux avec leur atmosphère, et des personnages avec leurs interrelations, atteignent aussi un niveau sans précédent dans la série, et malheureusement peut-être aussi sans suite. Le passage du fort de Montagne qui fait le lieu de la narration, à la cité de mineurs en liesse, aux paysages de la Montagne, puis à chacun des différents monastères, jusqu’à la vallée de la samouraï isolée alternent les sensations les plus contrastées et les mieux agencées. Entre la franchise et la brutalité de la guide Fauche-le-vent, et l’attitude altière de la jeune samouraï de haute lignée qu’est Setzuka, une tension vive, qui met avec bonheur les femmes à l’honneur, entre en interaction avec le groupe de héros familiers et a surtout pour effet de faire encore mieux ressortir l’ambigüité du statut de rônin de Okko, méprisé mais nourri de sa propre éthique. Que le puissant Noburo soit neutralisé pendant la première partie du voyage, que le moine soit si souvent impuissant sans faire preuve de moins d’habileté et de ressources qu’auparavant, que Tikku, son jeune apprenti, prennent tant d’initiatives aux conséquences désastreuses, tout cela enrichit fortement l’intensité dramatique du récit.
Enfin, les deux Moines obscurs à blason de corbeau qui font le déclencheur de la quête et constituent l’ennemi à dévoiler et à abattre, apportent aussi une dimension toute neuve. Pour une fois, cet ennemi a véritablement un visage à la fois obscur, énigmatique, mystique et menaçant. Ces mystérieux hommes, mi-revenants, mi-sorciers, qui épient continuellement le héros, comme un véritable couple de corbeaux porteurs de mauvais présage en bordure de la quête des héros, qui commandent aux puissances occultes alors qu’ils ne semblent être que des émissaires d’un mouvement autrement plus vaste, incarnent une opposition autrement redoutable que le couple de démons du précédent cycle.
Bref, déceptive si l’on ne s’attache qu’à l’action ou si l’on attend d’en savoir plus sur l’histoire individuelle des personnages qui composent l’attachante compagnie d’Okko, cette équipée qui démarre par une confrontation intense dans un cadre palpitant pour ensuite s’épandre avec langueur dans une quête subtile, ravira ceux pour lesquels l’univers d’Okko avait jusqu’ici fait désirer une autre dimension narrative, ce quelque chose qui tient à l’atmosphère et à ce qui passe des paysages aux personnages, puis à l’expérience du lecteur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.