La logique du rêve

Le rêve s’engendre en se justifiant continuellement par des processus cohésifs autoconvictionnels. Ceux-ci opèrent en amont par autogénerescence, chaque nouvel élément amené étant produit par un élément antérieur de sorte qu’il en semble, à l’esprit qui dort, la suite logique, et en aval, la suite de la narration ramenant chaque fois que faire se peut des allusions aux éléments précédents du récit de sorte à justifier rétroactivement leur apparition préalable. Le rêve fonctionne comme un programme qui sélectionne aléatoirement, du moins du point de vue de la cohérence narrative existentielle, des éléments disponibles puis se développe selon un algorithme qui permet de déterminer les nouveaux éléments en fonction de ceux qui précèdent tout en justifiant continuellement l’existence des uns et des autres et leur enchainement, sans égard pour la cohérence d’ensemble qui n’apparait qu’à la mémoire précaire et difficile à tirer de l’éphémère de la nuit de l’esprit réveillé qui a regagné le pilotage restreint de la conscience. Sous le pilotage automatique du sommeil, la mémoire n’est pas moins active, mais elle est toute entière orientée vers cette suggestion justificative qui vise à convaincre en permanence l’esprit qui dort de l’authenticité de ce qu’il rêve. En sorte qu’il y a là, outre une activité narrative continuelle sous la forme de laquelle l’esprit est convaincu qu’il lui arrive quelque chose, une série d’éléments imbriqués dans cette narration qui fonctionnent comme un ensemble d’actes de langage à valeur cohésive, qu’on pourrait exprimer par des connecteurs logiques autant affirmatifs que performatifs du type « c’est donc pour ça que », « dès lors », « puisque ». Ainsi les chaines inférentielles narratives et argumentatives constituent l’activité de l’esprit qui dort et l’informent en permanence de ce qu’il doit croire au fur et à mesure de ce voyage intérieur sans queue ni tête mais non sans lien ni persuasion.

L’un des récits de Boulet qui montrait l’incohérence globale du rêve, en en rapportant un sous sa forme narrative dessinée, m’avait semblé remarquable de ce point de vue, parce qu’il conservait cette relation dissymétrique de l’esprit dédoublé qui se répartit entre la partie crédule en pilotage automatique et la partie persuasive sous programmation aléatoire autojustificative.

Rêve & milieu sémiotique

J’ai fait un rêve dans lequel, après avoir découvert plusieurs devantures de librairies différentes en bas d’une rue que je venais de descendre, dans lesquelles se retrouvaient plusieurs fois les mêmes ouvrages mis en évidence mais avec d’autres et dans des dispositions différentes, je décidai de remonter la rue et de la décrire dans mon carnet de notes, puis plutôt par audionotes, afin de rendre compte de ce phénomène dans ma thèse. Je commençai alors à décrire l’ensemble des façades et des contrastes qui constituaient comme la géographie physique et la géopolitique de la rue, qui me permettraient d’expliquer des phénomènes de discours et d’activité en rapport avec l’activité de lecture littéraire. Sorti du rêve par des interpellations de Marie en pleine nuit, j’en viens à penser que cette idée n’était peut-être pas inappropriée, tant elle me fascine. Par ailleurs, Marie m’ayant dit que j’étais profondément endormi, je lui ai demandé comment elle m’avait réveillé ; en répétant plusieurs fois la même phrase qui m’était adressée. Progressivement, je me suis donc mis à entendre la phrase et je me souviens lui avoir répondu que j’étais en train de faire un audionote, ce que j’ai rappelé plusieurs fois, par jeu, après m’être totalement éveillé. J’étais sans doute déjà sorti du rêve quand j’ai répondu à Marie. Toujours est-il qu’il m’avait fallu remonter à la surface, selon cette expérience bien connue de l’endormi qui est tiré de son sommeil, et qu’à un moment donné, j’étais passé par cette « aire transitionnelle » (pour reprendre à mon profit et dans un autre sens l’expression de Winnicott qu’affectionne Picard) où rêve fuyant et consistance du réel éveillé se chevauchaient encore. En ce sens, je trouve d’ailleurs que l’idée d’aire transitionnelle pour le jeu n’est pas encore satisfaisante. Cette expérience du rêve, et la façon dont elle m’est apparue, m’entraine d’ailleurs à renforcer ce que renforçait déjà la thèse, si banale et si peu productive malgré son intérêt, de Picard dans La lecture comme jeu.

Plus je lis cette comparaison de la lecture au jeu, qui s’appuie notamment sur les rapports entre jeu et rêve, et entre lecture et rêve, la lecture étant comparable à un rêve, sans en être un, puisqu’elle tient du rêve éveillé, avec cette conception de l’aire transitionnelle, plus je me sens confirmé dans ma conception des milieux sémiotiques. Or c’est bien ce qui se produit dans l’exemple de l’endormi réveillé. Cette remontée à la surface prouve qu’il était dans un autre milieu. Une fois éveillés, quand les deux noctambules dans la même chambre se parlent, ils sont bien dans le même milieu. Si toutefois, toujours dans la même pièce, l’une des deux personnes est endormie, il apparait qu’ils ne sont plus du tout dans des milieux sémiotiques communs, lors même que le milieu physique est partagé et n’a pas changé. Leurs milieux sémiotiques sont même devenus incommunicables. Ce qui est exactement le cas de celui qui lit par rapport à son entourage. Même si lui connait encore le milieu physique comme support, ce dont atteste le liseur de Picard, et du coup presque que comme un milieu sémiotique d’arrière-plan, les autres n’ont pas accès à son milieu. Et communiquer avec lui revient d’abord à l’en sortir.

(29/04/11)