Le temps de la pensée

6. Ve 1er/07/11. Bureau, 11:56.

Je réalise que même dans l’urgence et la pression de l’échéance qui demande au plus vite un produit fini, j’ai intérêt, en cas de difficulté, à continuer le flux souple et vivant du processus de la pensée non orientée vers le produit, en parallèle, si je veux pouvoir garder l’élan nécessaire à mon travail. Sans l’exaltation et l’enthousiasme, je me recroqueville dans une inertie bornée et impuissante, écrasée par cette paresse ontologique, résistance devant un travail mort, et je cherche des refuges et des subterfuges. Alors que le souffle de la pensée, au large et au grand air, n’empêche pas qu’il y ait en même temps le projet d’un produit fini, comme un mal nécessaire plus ou moins contingent. Il y faut un art complexe d’articulation asymétrique de temporalités différentes, dans laquelle le temps volé par la pensée au produit fini se reconvertit en accélération de la production qui libère elle-même un nouvel espace de pensée. C’est un réseau infini et ouvert qui ne connait plus de clôture et de saturation.