Le corps vivant du corpus

Quoi qu’on en dise, la recherche en sciences humaines butte sur une limite très précise : la nécessité de faire parler les gens pour produire un corpus (entretiens, questionnaires). Cette demande est vite épuisante pour le chercheur, épuisée quant à ses possibilités d’extension, et corrompue dans son fonctionnement même qui la rend socialement artificielle, étant précisé que les sciences humaines ne peuvent généralement bénéficier de l’effet laboratoire qui prévaut souvent dans les sciences de la nature. Cependant, la société actuelle étant toujours plus, quoi qu’on en pense, une société du commentaire, de la conversation et de la réaction, de l’écriture (textos, messages, forums, pages web) et de la conservation (multiplication des traces par capture d’images, enregistrement vidéo, historique, archivage systématique, etc.), il ne sera bientôt plus nécessaire pour le chercheur, partout où ce l’était encore, de provoquer soi-même son corpus ni même de l’enregistrer, mais uniquement de le choisir et de le prélever. Ce qui ne relève pas moins d’un art délicat. Les sciences humaines pourront déployer alors leur vraie nature : d’être des sciences du corpus, foncièrement discursive (y compris quand elles ne s’appuient que sur un corpus d’images) et historique à la fois. Je m’aperçois qu’il y a là une constante de mes recherches : le désir d’établir un corpus qui soit aussi scientifiquement nécessaire que naturel, dans des domaines où ce n’était pas préalablement donné (contrairement à l’histoire et aux sciences du texte), quitte à contraindre au moins à moitié la recherche par la découverte de ce corpus ou, en ce sens seulement, par son invention. Car l’invention la plus efficiente d’un corpus consiste à le découvrir.

Histoire et scientificité

 

Les sciences historiques modernes, paradigme de l’étude contextuelle qui confine à l’étude de cas comme nature fondamentale des sciences humaines, offrent aujourd’hui l’un des acquis scientifiques les plus rigoureux, nécessitant une prolongation et une actualisation perpétuelles de la recherche : la démonstration, tout en offrant, à partir des innombrables analogies et récurrences des situations passées, des enseignements qui permettent à l’homme d’anticiper et d’analyser les situations nouvelles, qu’il n’existe aucune loi établie, ni en amont ni en aval, capable de présider au devenir perpétuel de l’humanité. C’est en atteignant le même genre de résultats que les sciences du langage, la psychologie ou la sociologie pourront prétendre au même degré de scientificité, aux antipodes des déterminismes classiques dans lesquels on a cru reconnaitre, par le passé, l’indice même de cette scientificité. L’histoire qui tend aisément à être considérée comme la moins scientifique des sciences humaines en est, sous cet angle, à la fois l’origine et le modèle.

(29/12/12).