Le problème de la référence

Il y a toujours référenciation. Il est curieux que la problématique de la référence en philosophie logique et dans les études littéraires aboutisse généralement à l’idée d’une référence vide, ou même d’une référence latérale (Ricœur), alors même que le statut de l’abstraction est rarement envisagé. Quel est le référent de la liberté ? Car le problème est bien du côté du référent, et non du processus de référenciation qui opère toujours, même face à une abstraction. Le problème est que le texte pose des références sans référent. Mais c’est un problème de référenciation, c’est-à-dire de savoir comment opère la référenciation lors même qu’on pose un référent qui n’existe pas. En sachant que l’absence de référent n’est quant à elle pas un problème. Elle est en effet fréquente.

On peut penser que quand on pose un référent qui n’existe pas, la référenciation opère à la fois comme quand on pose un référent qui existe et comme quand il n’y a pas de référent (l’abstraction). On a donc une référence virtuelle. Ce n’est pas un problème, parce que la référenciation ne se réduit pas au fait de partir de références pour désigner ou atteindre un référent. La référenciation est d’abord le fait de référer à quelque chose. Or il est fréquent qu’un discours réfère sans référence précise et sans référent particulier. Dans la phrase : « Anne pianotait subtilement sur un clavier en carton », il est clair qu’ « Anne », « pianoter », « un clavier en carton » sont des références qui posent des référents qui, en fait, n’existent pas. Or le problème fictionnel, ici, se pose à deux niveaux. Par rappot au personnage fictif qui est le support de la fiction, « Anne », et par rapport à la situation d’ensemble que la fiction produit : Anne pianotant subtilement sur un clavier en carton. Car « pianoter » et « clavier en carton » n’ont pas besoin d’être actuels pour référencer de façon ordinaire. C’est-à-dire que l’on sait à quoi correspondent ces référents, même s’ils sont virtuels. Il suffit que je dise, dans une situation concrète (mon épouse doit me montrer la difficulté des triolets dans une étude de Chopin, alors même qu’aucun piano n’est accessible) : « Et si tu pianotait sur un clavier en carton ? » Ces deux référents (« pianoter », « clavier en carton ») ne sont ni plus ni moins actuels ou réels que dans la fiction. Ces situations sont évidemment fréquentes dans le discours ordinaire. Ce qui pose d’abord problème, c’est Anne. On en parle comme si elle existait, alors qu’elle n’existe pas. C’est la référence fictive. Elle ne se distingue pas des autres par une référence vide, car on peut en dire autant de n’importe quelle abstraction. Ce qui la caractérise, c’est d’avoir la forme d’une référence concrète en n’ayant pas de référent existant. Doit-on en déduire, comme le fait volontiers W. Iser (1976/1999) et, avec lui, les études littéraires en général, que toute la situation est sans référent ? Je ne pense pas. On ne peut traiter « Anne » par rapport à un référent, contrairement à ce que je ferais, si je disais à mon épouse : mais non, moi je ne pourrais pas pianoter une étude de Chopin. Je ne sais pas si Anne peut ou non pianoter le deuxième concerto de Prokofiev, et je dois donc négocier la référenciation entre ce que m’en dit l’auteur et ce que je spécule ou projette. Cette situation est d’ailleurs une conséquence du potentiel de virtualisation du discours (je parle de quelqu’un qui n’est pas là ou j’imagine que quelqu’un fait quelque chose) combiné à l’ignorance du référent par l’interlocuteur (je parle de quelqu’un que mon interlocuteur ne connait pas). Par ailleurs, cette situation est typique dans le mensonge ou dans la simple déformation (je dis que j’ai rencontré Adeline, une fille d’un charme exquis avec qui j’ai partagé de beaux moments, lors même que cette personne n’existe pas ; ou je dis qu’Émilie est amoureuse de moi, alors que ce n’est pas le cas). Or on s’aperçoit vite que ces possibilités sont beaucoup plus fréquentes que ne le laisserait croire les approches logiques traditionnelles du langage. En effet, on est continuellement dans les problèmes d’impression et de perception dès qu’on évoque des situations complexes. Le référent est dès lors fréquemment indécidable ou indiscernable et le réel pluriel et instable. Je peux m’accorder sur le fait de savoir si, hier, mon ami portait un pull rouge ou vert. La situation ne pose pas de difficulté. Encore que si je me demande, avec mon épouse, si l’ami qui est venu hier soir avait un pull rouge, ou rose, ou framboise, ou fraise, on sent qu’on entre dans une zone que le référent ne nous permettra pas de décider. La définition de Wikipédia est elle-même parlante : « Framboise est une couleur de la gamme des rouges, une version plus rose de la couleur fraise. » Il est donc évident que si l’on cherche à savoir si l’ami en question semblait triste, la veille, ou mieux, s’il a un caractère colérique, ou s’il est amoureux, le référent devient de plus en plus incertain, ce qui n’empêche ni le discours ordinaire de traiter constamment de telles situations, et même beaucoup plus fréquemment que d’un référent qui aurait une quelconque « objectivité » (ce qui est le plus souvent le produit d’un travail de formalisation et d’abstraction, comme en mathématique, et non pas le signe du « réel »), ni la référenciation d’opérer, sans quoi on ne saurait pas du tout de quoi il retourne.

Dans la situation où Anne pianote sur son clavier en carton, on a donc une situation fictive qui correspond directement aux potentialités complexes du discours ordinaire, à ceci près que, d’une part, Anne est une référence dont le référent n’existe pas, et, d’autre part, contrairement au mensonge ou à l’impression erronée, on sait que la référence est fictive. Cela n’empêche pas de se concentrer sur un référent qui n’est pas vide : je peux discuter le fait que Anne, personnage fictif et du coup sans référent, peut ou non pianoter sur un clavier en carton. Il est vrai que cette situation dépendra à la fois de l’espace fictionnel et de l’expérience commune et pas uniquement de l’expérience commune comme dans le discours ordinaire. Cette particularité n’a cependant pas pour effet d’exclure l’expérience commune. C’est juste qu’elle peut continuellement la conditionner, comme la lumière est conditionnée quand elle est réfractée. On a donc une interaction entre le milieu fictionnel et d’autres milieux ouverts sur lesquels la fiction est branchée que ce soit par le discours explicite, par ce que charrie le discours ou par le lecteur. Mais le milieu fictionnel n’est en aucun cas un milieu fermé, clôt sur lui-même, et régit par ses lois propres indépendamment de l’extérieur. Si le milieu fictionnel est réaliste, Anne peut pianoter sur un clavier en carton, et non sur une framboise. Par ailleurs, j’ai laissé de côté un autre élément de la phrase de départ qui est le « subtilement ». Celui-ci offre le cas d’une indication qui n’est pas une référence, bien qu’elle participe à la référenciation, dans la mesure où elle ne renvoie pas à un référent donné, à un objet, alors même que cette problématique relève des situations complexes évoquées plus haut et ne dépend pas du caractère fictionnel du propos.

Il reste que l’on parle généralement, non pas de milieux, comme je l’ai fait, mais du monde fictionnel et de ses rapports avec le monde réel. L’idée de monde est en fait aussi limitée et souvent illusoire que celle de référent ou d’objet. Il n’y a de monde, de référent et d’objet que dans des conditions précises, relativement rares et limitées, et à partir de point de vue donné qui constitue une situation en monde, ou un élément d’une situation en référent ou en objet, alors même qu’il n’y a pas, dans l’expérience, de délimitations déterminées qui impliquent nécessairement un monde, un référent ou un objet qui seraient à la fois stables et perçus identiquement par tous, ou bien s’offrant identiquement à tous. C’est en ce sens qu’Iser parle de la constitution de l’objet esthétique et de la constitution du sens, bien qu’il faille, comme on l’a fait, relativiser les notions de référent et d’objet qui peuplent sa conception. Par ailleurs, il faut également discuter de la constitution du sens. La référenciation, de la même manière qu’elle implique le référent, mais pas exclusivement, implique la constitution du sens, mais pas uniquement. Iser semble indexer à la fois le travail représentationnel et l’attribution d’une portée générale au récit sous l’idée de constitution du sens. En réalité, il y a là au moins deux niveaux très différents qui ne recouvrent pas certaines opérations fondamentales de la lecture dont le sens ne suffit pas à rendre compte. Dans la situation où le capitaine Achab poursuit inlassablement Moby Dick, la baleine blanche, l’activité représentationnelle déborde la simple compréhension de la situation, même si elle lui est nécessaire, et produit, dans sa complexité, des perceptions, des états qui valent pour eux-même, comme activité fictionnelle, indépendamment du niveau plus général d’une attribution d’un sens à l’intrigue (la fatalité, le combat contre la nature ou le destin, etc.) Or ces opérations de représentation et de perception nous semblent davantage relever de l’expérience esthétique de la lecture d’un récit que de la constitution du sens proprement dite. La référenciation correspond à l’activité représentationnelle au-delà du sens minimal (la compréhension) et en deçà du sens global (l’interprétation).

L’ensemble de cette expérience correspond à la participation au récit, à l’instar de la conception qu’en donne Iser, sans toutefois se réduire à la constitution du sens qui n’en est qu’une partie, et qui ne nécessite pas l’interprétation qui est déjà une forme de distanciation par rapport au récit. En ce sens, si la distanciation est nécessairement un recul réflexif intellectuel par rapport au récit, la participation, ainsi comprise, ne correspond pas au pôle de l’adhésion affective à l’illusion fictionnelle, dans la mesure où cette participation est autant intellectuelle qu’affective. On s’intéresse donc ici, en ce qui concerne l’activité de lecture proprement dite, uniquement à la participation, bien que celle-ci puisse également impliquer de la distanciation, et on ne considérera pas que l’activité intellectuelle qui consiste notamment à se représenter l’intrigue, à spéculer sur la suite des évènements, serait une distanciation sous prétexte qu’elle est intellectuelle. Il est évident, en effet, comme on le voit clairement dans Iser, que c’est précisément ce que le texte implique et produit dans la lecture. En revanche, on traitera de la distanciation dans le discours du lecteur qui rend compte, d’une façon ou d’une autre, de sa lecture. Autant le fonctionnement de l’activité de lecture relève prioritairement de la participation au sens précisé ici, bien qu’elle n’empêche effectivement pas un va-et-vient avec la distanciation au sein même de la lecture, autant l’après-lecture et le discours de la lecture sont nécessairement d’abord du côté de la distanciation.

(14/04/11)

Le fantasme fictionnel

Schaeffer expose et critique intelligemment le procès que la tradition occidentale a régulièrement fait à la fiction, depuis Platon. L’un des arguments les plus actuels est celui qui considère le danger de l’imitation de la fiction, elle-même puissante par son mimétisme du réel, qui amènerait par exemple à reproduire la violence mise en scène dans la fiction. Schaeffer montre que la connaissance et l’expérience  du réelle, directe ou médiatisées par le discours et les médias, sont nettement plus fréquemment un modèle de notre action que la fiction (Schaeffer, 1999, p. x), en bien ou en mal, d’ailleurs. Si l’on tue par imitation, c’est d’abord parce que l’on sait que d’autres l’ont fait, et non parce qu’on l’a découvert dans une fiction. C’est la connaissance et l’expérience du réel qui régulent prioritairement notre action. Cet argument qui me semble concluant suscite deux réflexions. La première relève du type d’influence qu’apporte alors la fiction comme une source secondaire pour notre action. Une piste féconde consiste à souligner que, précisément, la fiction est d’abord une influence de pensée, voire même d’expérience. C’est ce qu’évoque Tolkien quand il dit : « I much preferred history, true or feigned, and its applicability to the thought and the experiment of the reader » (Foreword to the second edition of The Lord of the Rings ; citation de mémoire). La deuxième consiste à réfléchir aux problèmes spécifiques que pourraient malgré tout poser la fiction. En effet, la critique qu’offre Schaeffer du procès fait à la fiction tend à laisser penser à la fois que celui-ci est totalement infondé et que la fiction ne présente pas de problème ou de danger particulier. Tout procès de la fiction en tant que tel me semble effectivement abusif, ce qui n’empêche pas que la fiction puisse être nocive sous certaines conditions — comme, d’ailleurs, la plupart des activités humaines qu’on ne peut pour autant simplement condamner pour autant. Le problème de la fiction n’est pas sa ressemblance au réel, mais, au contraire, ses affinités avec le fantasme. En toute rigueur, le fantasme est la projection d’un désir et de sa satisfaction sur un plan imaginaire. Or, ce faisant, selon la philosophie du désir de Deleuze & Guattari (1972), le désir lui-même est dénaturé. Le fantasme est l’état négatif ou le degré le plus bas du désir. En ce sens, il s’oppose à l’expérience : « Expérimentez, ne fantasmez jamais » disent Deleuze & Parnet (1977/1995x) sur le ton très libre d’une philosophie de l’émancipation peu académique. Là encore, il ne s’agit pas de pourchasser toute activité fantasmatique. L’intérêt est plutôt de souligner que vivre dans le fantasme, comme le sait le sens commun, est nocif dans la mesure où ce mode d’existence s’éloigne de la réalisation et produit des actions de substitution, par nature négatives. La fiction peut aussi bien être l’outil du fantasme, qu’un outil de connaissance, de virtualisation de l’expérience ou même d’expérience. Ces modalités gagnent à être distinguées. L’idée récurrente selon laquelle la fiction nous offre la possibilité d’une expérience vicariante dont on n’a donc pas à subir les éventuelles conséquences négatives correspond à la fiction comme moyen de connaissance et de virtualisation de l’expérience. En revanche, elle omet, ensemble, les deux extrêmes que sont précisément le fantasme et l’expérience. Or le fantasme produit lui-même des conséquences et lorsqu’il domine l’activité fictionnelle, ces conséquences tendent à être nocives. On en paie donc les conséquences. Quant à l’expérience, il s’agit avant tout d’une expérience de pensée, voire de la sensation, qui elle-même a un énorme potentiel : elle est une sorte d’accroissement d’existence, comme le disent Gœthe et Nietzsche (voir oùxx). Ça ne l’empêche pas, bien entendu, comme tout autre expérience, de pouvoir être mauvaise ou dangereuse. Mais, par rapport au fantasme, elle présente l’inestimable avantage d’être plus active et d’être du côté de la réalisation : on est sous l’emprise de ses fantasmes alors qu’on fait ou qu’on vit des expériences sur le mode d’une implication qui n’est plus aliénante.

(13/04/11)