Le corps vivant du corpus

Quoi qu’on en dise, la recherche en sciences humaines butte sur une limite très précise : la nécessité de faire parler les gens pour produire un corpus (entretiens, questionnaires). Cette demande est vite épuisante pour le chercheur, épuisée quant à ses possibilités d’extension, et corrompue dans son fonctionnement même qui la rend socialement artificielle, étant précisé que les sciences humaines ne peuvent généralement bénéficier de l’effet laboratoire qui prévaut souvent dans les sciences de la nature. Cependant, la société actuelle étant toujours plus, quoi qu’on en pense, une société du commentaire, de la conversation et de la réaction, de l’écriture (textos, messages, forums, pages web) et de la conservation (multiplication des traces par capture d’images, enregistrement vidéo, historique, archivage systématique, etc.), il ne sera bientôt plus nécessaire pour le chercheur, partout où ce l’était encore, de provoquer soi-même son corpus ni même de l’enregistrer, mais uniquement de le choisir et de le prélever. Ce qui ne relève pas moins d’un art délicat. Les sciences humaines pourront déployer alors leur vraie nature : d’être des sciences du corpus, foncièrement discursive (y compris quand elles ne s’appuient que sur un corpus d’images) et historique à la fois. Je m’aperçois qu’il y a là une constante de mes recherches : le désir d’établir un corpus qui soit aussi scientifiquement nécessaire que naturel, dans des domaines où ce n’était pas préalablement donné (contrairement à l’histoire et aux sciences du texte), quitte à contraindre au moins à moitié la recherche par la découverte de ce corpus ou, en ce sens seulement, par son invention. Car l’invention la plus efficiente d’un corpus consiste à le découvrir.

Histoire et scientificité

 

Les sciences historiques modernes, paradigme de l’étude contextuelle qui confine à l’étude de cas comme nature fondamentale des sciences humaines, offrent aujourd’hui l’un des acquis scientifiques les plus rigoureux, nécessitant une prolongation et une actualisation perpétuelles de la recherche : la démonstration, tout en offrant, à partir des innombrables analogies et récurrences des situations passées, des enseignements qui permettent à l’homme d’anticiper et d’analyser les situations nouvelles, qu’il n’existe aucune loi établie, ni en amont ni en aval, capable de présider au devenir perpétuel de l’humanité. C’est en atteignant le même genre de résultats que les sciences du langage, la psychologie ou la sociologie pourront prétendre au même degré de scientificité, aux antipodes des déterminismes classiques dans lesquels on a cru reconnaitre, par le passé, l’indice même de cette scientificité. L’histoire qui tend aisément à être considérée comme la moins scientifique des sciences humaines en est, sous cet angle, à la fois l’origine et le modèle.

(29/12/12).

 

L’exploration du vécu

Il y a une exploration du vécu et, plus spécialement une étude des faits du vécu qui me semble être le propre des sciences humaines dans leur dimension qualitative et contextuelle, par une part qui échappe à la fois au sensible du seul récit ou de l’esthétique littéraire, et au conceptuel de l’investigation philosophique ; sauf, peut-être, et précisément, quand le récit et l’investigation philosophique se font vecteurs d’une étude empirique de l’humain, du social. J’ai maints exemples de ces études et, à la fois, il me semble n’en voir jamais que l’esquisse et qu’elles restent encore à mener. L’érudition historique, le témoignage vécu, la biographie, la chronique journalistique en sont comme les prémisses. Mais il faut élever toute la chair de ce matériau vécu jusqu’à la transparence des idées, sans en perdre pour autant la matérialité.

(21/12/12).

Petite question d’épistémologie : Didacticien de la littérature ou didacticien du français ?

En didactique de la littérature, certains distinguent ceux qui se posent d’abord comme “didacticiens du français” ou comme “didacticiens de la littérature”. En réalité, je vois trois problématiques différentes derrière cette opposition.

Le plus souvent, c’est probablement la discipline scolaire “français” comme objet de la didactique qui justifie de se penser comme “didacticien du français”, avant de se penser comme “didacticien de la littérature”. Ceux qui font l’inverse auraient alors tendance à mépriser la situation scolaire au nom de leur passion pour la littérature, et de leur volonté de la diffuser.

Ce premier niveau implique en réalité le second : la discipline scientifique du champ didactique se définit comme didactique disciplinaire, en s’ancrant dans la discipline “français”. Du coup, ceux qui se pensent d’abord comme “didacticiens de la littérature” se pensent d’abord comme “littéraires” avant de se penser comme “didacticiens”. C’est très flagrant dans certains colloques qui associent la littérature à la didactique de la littérature, au lieu d’articuler la didactique de la littérature à la didactique du français.


Cependant, cette double conception, largement justifiée, a en même temps le tort d’enfermer la discipline didactique dans la discipline scolaire. Pour ma part, je défends une didactique qui s’affranchisse de la forme scolaire, bien qu’elle demeure son terrain privilégié, pour penser l’apprentissage spécifique à un objet de savoir précis et disciplinaire, dans un sens plus large qui ne se limite pas à la discipline scolaire (ex. la didactique de l’Aïkido, ou de la pêche). Il est néanmoins clair qu’historiquement et actuellement, la didactique est d’abord une science annexée à la pratique scolaire.
 Dans ma thèse, qui porte largement sur l’apprentissage de la littérature en situation scolaire, la troisième partie est spécifiquement développée (les amateurs de littérature) pour sortir la littérature de la classe et montrer, qu’en tout cas, si l’on apprend la littérature à l’école, on l’apprend rarement uniquement à l’école (ce qui ne ferait même pas sens, contrairement par exemple aux mathématiques, au latin, à la géographie et à l’histoire, mais parallèlement à l’informatique ou au néerlandais).

Enfin, il existe un troisième niveau, bien qu’il soit également impliqué dans le premier niveau.
 Ce troisième niveau est celui des études littéraires, en tant que champ disciplinaire autonome ou, au contraire, en tant que champ rattaché aux sciences du langage au sens large. À ce niveau, la réalité historique et actuelle plaide  pour considérer qu’un littéraire n’est pas, d’abord, un spécialiste du langage ou du discours. Du coup, celui qui, comme moi, refuse de penser la didactique d’abord en fonction d’une discipline scolaire, est nécessairement amené à s’ancrer dans les champs disciplinaires scientifiques, et devrait logiquement, dans le cas présent, d’abord se considérer comme littéraire, avant de se considérer comme spécialiste de la langue française. Et pourtant, ici encore, je choisis la position inverse et minoritaire. De la même façon que certains didacticiens du français sont agacés par ces “littéraires” qui se pensent comme “didacticiens de la littérature” avant de se penser comme “didacticiens du français”, aux dépens de la probité scientifique de leur objet et de leurs démarches, Maingueneau s’agace de ces “littéraires” qui traitent la littérature dans des approches qui soit s’ancrent en réalité dans d’autres disciplines (sociologie, histoire, etc.) qu’ils ne maitrisent que partiellement s’ils se pensent d’abord comme littéraires, soit n’ont pas grand chose de scientifique.

Outre l’intérêt d’un discours critique et théorique littéraire, à mi-chemin entre la philosophie, la science et la littérature, comme l’est le genre de l’essai, les études littéraires sont avant tout pour moi des études de champs disciplinaires diverses qui ne se définissent que par leur objet (comme les études sur la lecture ou sur la religion). Pour un ancrage disciplinaire plus spécifique, il faut se tourner vers les sciences du langage (comme le soulignait déjà le dictionnaire de Ducrot et Todorov puis de Ducrot et Schaeffer) et, notamment, l’analyse du discours et la linguistique.

Toutefois, les “sciences du langage” elles-mêmes sont-elles autre chose qu’un agglomérat de disciplines différentes centrées sur le même objet, le langage, comme les “sciences de l’éducation”.
 Si bien qu’il faut admettre que coexistent en réalité, dans les sciences humaines (et peut-être d’ailleurs tout autant dans les sciences de la nature comme le montrerait, par exemple, la problématique des neurosciences), une classification basée sur la perspective (sociologie vs psychologie vs histoire), sur la méthode (linguistique, critique et théorie littéraire, voire philosophie analytique) ou sur l’objet (ethnologie, sciences de l’éducation, sciences du langage, études littéraires).


L’injonction normative proposée par certains et impliquant de se définir comme “didacticien du français” plutôt que comme “didacticien de la littérature” perd alors largement, comme c’est souvent le cas lorsqu’une prescription normative unilatérale est soumise à un examen minutieux, de sa force et de son sens. Ce qui reste juste, c’est que la façon de s’ancrer plutôt en didactique du français ou en didactique de la littérature est révélatrice, mais de quoi, cela reste à voir. Tout dépend des niveaux envisagés dans l’opposition intradidactique “français vs littérature” (discipline scolaire, champ disciplinaire de la didactique, champ disciplinaire des études littéraires et des sciences du langage) et de la façon d’envisager la constitution d’une discipline (ce que je n’ai envisagé que pour la discipline scientifique, mais qui pourrait poser autant de questions pour la discipline scolaire, surtout si on étend les formes d’enseignement formel au-delà de l’école secondaire qui sert souvent de modèle normatif, et si l’on tient compte des différents cas de figure de la programmation scolaire en fonction des aires culturelles et des variations géographiques).