La résistance des élèves

3. Je 9/5/13. La lenteur des élèves me sidère (3e générale et 4e technique du secondaire, Bruxelles, enseignement à encadrement différencié). Je sais que je parle trop et que j’ai des difficultés à gérer le temps d’enseignement, à boucler une matière (j’enseigne le français et l’histoire). Leur niveau intellectuel est nettement plus bas, naturellement, que celui des étudiants du supérieur auxquels j’ai enseigné ces dernières années, mais j’ai le sentiment de m’y adapter relativement aisément dans les leçons données, malgré leurs protestations (« on n’est pas à l’université ») ainsi que dans les travaux et les corrections, fût-ce avec quelques ajustements. Mais ce qui dépasse tous mes souvenirs (j’ai enseigné dans la même école il y a 8 ans) et toutes mes anticipations, et que je ne sais pas encore comment gérer à ce stade, c’est leur incroyable lenteur. C’est une lenteur active et collective : c’est leur acte de résistance principal à l’obligation de scolarisation qu’ils subissent, au travail qu’implique l’activité d’apprentissage qui leur est imposée. Certes ils veulent travailler pour des points et s’investissent difficilement si on les avertit que le travail, formatif, « ne comptera pas pour le bulletin ». C’est une façon de donner un sens pragmatique à la contrainte et de détourner la finalité d’apprentissage qu’ils n’ont pas choisie. Toutefois, leur rapport aux points, à ce titre, n’est qu’un symptôme secondaire, aisément contourné par un jeu de sanctions/récompenses alternatif, comme la promesse qu’ils seront retenus plus longtemps en classe si le travail n’est pas fait, ou mal réalisé. Ce qui est plus essentiel, c’est cette lenteur, manifestation fondamentale de leur résistance et de leur ennui, par une force d’inertie collective et distribuée sur tous les acteurs de la classe, qui s’oppose perpétuellement, tant physiquement que mentalement, au projet d’apprentissage conduit par l’enseignant, mandaté par l’institution qui l’ordonne, c’est-à-dire l’école, l’une des dernières institutions de captivité obligatoire pour tous si l’on en croit Lahire.