Les infortunes de la vertu en sciences humaines

14/08/12. Bureau, 20:56. Je comprends nettement ma difficulté. Je voudrais avoir une culture immense dans les différents champs de recherche des sciences humaines et de philosophie dont je vois trop bien à quel point ils sont liés, alors qu’on fonctionne généralement essentiellement avec un cadre de référence ad hoc, sans parler des problèmes d’incompatibilité que cela soulève (par ex., entre Deleuze & Guattari d’un côté, et Vygotski de l’autre), des pans entiers de pensée que je ne rejoins pas mais que j’aurais besoin de bien connaitre pour m’y opposer (le paradigme computo-représentationnel des sciences cognitives, la psychanalyse freudienne, jungienne et lacanienne, la phénoménologie, le néopositivisme logique du cercle de Vienne, l’épistémologie de Khun), et de tous les champs qui n’entrent ni dans la philosophie et les sciences humaines telles qu’elles me concernent directement, mais dont la maitrise serait importante (la logique formelle, les statistiques), ou ceux plus éloignés encore avec lesquels j’aimerais tout de même être familiarisé (les sciences exactes en général, les mathématiques, les sciences de l’informatique, la littérature, les arts en général…) ; enfin, sans parler, non plus, de l’ensemble des compétences plus ou moins techniques que je devrais idéalement maitriser pour mener à bien mes travaux de recherche (les logiciels informatiques de recherche, une langue étrangère comme l’allemand).

Pour ne m’en tenir qu’aux champs associés assez directement à ma thèse, et dont je voudrais avoir une bonne connaissance (sans me soucier d’une taxonomie rigoureuse) :

– La didactique du français (Reuter, Daunay, Schneuwly) et, plus spécifiquement, la didactique de la littérature (Dufays, Dumortier, Rouxel)
– Les études littéraires et, plus spécifiquement, les études de la réception et de la lecture (Jauss, Iser, Eco, Gervais), ainsi que celles sur la fiction, la narration (Ricœur) et la forme romanesque (Pavel)
– L’histoire (Chartier), la sociologie et la psychologie de la lecture
– La philosophie analytique en esthétique et sur la fiction (Beardsley, Goodman, Genette, Schaeffer)
– La philosophie, la sociologie et la psychologie de l’art
– Les sciences de l’éducation et la pédagogie (Meirieu, Perrenoud)
– La sociologie et la philosophie de l’enseignement et de l’éducation
– La psychologie sociohistorique et développementale (Piaget, Vygotski,  Bruner, Wertsch, Cole, Rogoff) ; la cognition et l’apprentissage « situés » (Suchman, Lave)
– Les sciences cognitives « situées et distribuées » (Hutchins, Clark)
– L’analyse du discours (Maingueneau, Paveau), la pragmatique (celle de Austin et Searle ; celle de Sperber et Moeschler), l’énonciation (Bakhtine, Benvéniste, Ducrot, Kerbrat-Orecchioni)
– La sociolinguistique (Bernstein, Gumperz, Labov, Bautier, Bronckart)
– La philosophie matérialiste et différentielle (Spinoza, Hume, Nietzsche, Deleuze & Guattari, Foucault, Simondon)
– La philosophie pragmatique (Dewey, William James)
– L’interactionnisme (Goffmann, Becker), l’ethnométhodologie (Garfinkel) et la théorie ancrée (Anselm et Strauss)
– La sémiotique multimodale (Kress et alii)
– La sociologie critique (Bourdieu), postcritique (Lahire), interactionnelle et pluraliste (Latour, Boltanski, Kaufmann)
– Les neurosciences cognitives et philosophiques (Churchland, Changeux, Edelman, Damasio)

Les découpages fonctionnent mal et les références auxquelles je pense sont incomplètes et souvent déformées par rapport aux vrais rapports de force qui structurent les champs concernés. Ce qui montre à la fois que je suis évidemment loin d’avoir la maitrise interdisciplinaire à laquelle j’aspire, ne serait-ce qu’en termes de culture philosophique et scientifique, mais aussi qu’il s’agit autant (ou tout aussi peu) de champs de recherche que d’une série d’œuvres et d’auteurs importants et qui sont associés à mes préoccupations prioritaires. C’est peut-être quasiment plus sain de construire une sorte de champ à soi seul à partir de sa propre problématique (comme le fait Bernstein), en s’inscrivant éventuellement dans l’un ou l’autre champ majeur, quitte à l’inventer (didactique du français et sociologie pluraliste de l’esthétique), et en tissant son propre travail d’élaboration théorique et d’analyse empirique à partir d’un ensemble pluriel et ouvert d’œuvres et d’auteurs, celui dont les aléas constituent la bibliographie de thèse. Ce qui veut dire aussi que cet ordre de priorité (une bibliographie en fonction d’une problématique et des aléas de la lecture scientifique qui font les guenilles de culture scientifique dont je me vêts) s’oppose radicalement à la tentation oppressante et rationnellement inévitable de vouloir maitriser les différents champs de recherche qui semblent nécessaire à l’élaboration d’une problématique donnée. Il faut faire la recherche (thèse ou/puis autre) et faire avec, même s’il ne faut perdre ni cette richesse et cette ouverture qui garantit une problématique plurielle, complexe, ni ce souci de se construire, au fur et à mesure des aléas de recherches successives, une culture philosophique et scientifique qui permette à la fois une vue d’ensemble et une approche multivectorielle fortement spécifiée dans le vaste univers structuré et fluctuant des sciences humaines.