De la science à l’affect, de la politique à l’esthétique

De la même manière qu’il faut relier la pensée scientifique à l’affect, il faut sans cesse associer le politique à l’esthétique, dans la mesure même où ces composantes (affect, esthétique) sont radicalement différentes de ces domaines (science, politique) et constituent des ordres de grandeurs incommensurables qui les empêchent d’être assimilables ou subordonnés. Il n’est pas question que la science s’attribue l’affect et que le politique s’annexe l’esthétique. Il s’agit, tout au contraire, de déplacer la science par l’affect, le politique par l’esthétique. Bref, là comme ailleurs, tracer des devenirs.

(8/5/12)

L’écriture de la pensée

4. Ve 1er/04/11. Bureau, 00:12.

Parfois je suis pris de doutes quant à la voie à laquelle je me consacre, celle d’une écriture de la pensée, soit que je sois rebuté par une telle exigence, soit que je sois trompé par le brouillard poisseux de l’ensemble des travaux qui se réclament de la philosophie ou des sciences, lors même qu’ils diffèrent en degré et en nature avec les œuvres qui en font la vie même et l’éclat. Je me demande alors si c’est bien à cette écriture grise, à cette pensée austère et pour tout dire sans vie que je veux me consacrer, à cette exigence scientifique si contraire à moi-même, tandis qu’à un autre côté de la pensée, la littérature se nourrit de l’affect et lui tient lieu de royaume, vibrant et palpitant. Je me demande alors s’il existe une pensée sans affect, et je me souviens que Platon, Pascal ou Nietzsche sont philosophes, que Montaigne se livre encore à une telle expérience de la pensée, et que, dans les études littéraires, Blanchot et Barthes font danser la pensée. Peut-être alors est-ce la propriété d’une écriture à mi-chemin entre philosophie et littérature, qui ne serait pas pleinement l’écriture scientifique. Je pense alors à Deleuze & Guattari, à Foucault, puis à Bourdieu, et je me dis qu’une fois encore, les différences ne sont peut-être pas si claires. Ce qui me semble assuré, c’est qu’il existe bien une écriture de la pensée, c’est-à-dire où l’écriture soit la pensée, et où aucune efficacité ne peut avoir lieu sans elle ; c’est en ce lieu que je réside, c’est en cette terre que j’ancre toute mon épistémologie, toute ma méthodologie, sachant que l’écriture ne présage rien encore des dispositifs de la pensée, mais qu’ils se réalisent avec elle et en elle. Si la science n’est pas nécessairement cette écriture de la pensée, c’est qu’il est d’autres formalismes que l’écriture, mais aucune vérité ne se donne hors un style. Tout principe de rigueur scientifique énoncé hors de ces préoccupations d’écriture ou de style de la pensée ne me concerne guère, quelle que soit par ailleurs sa vérité ou sa pertinence qui me sembleraient aussi tristes que stériles.