La logique du rêve

Le rêve s’engendre en se justifiant continuellement par des processus cohésifs autoconvictionnels. Ceux-ci opèrent en amont par autogénerescence, chaque nouvel élément amené étant produit par un élément antérieur de sorte qu’il en semble, à l’esprit qui dort, la suite logique, et en aval, la suite de la narration ramenant chaque fois que faire se peut des allusions aux éléments précédents du récit de sorte à justifier rétroactivement leur apparition préalable. Le rêve fonctionne comme un programme qui sélectionne aléatoirement, du moins du point de vue de la cohérence narrative existentielle, des éléments disponibles puis se développe selon un algorithme qui permet de déterminer les nouveaux éléments en fonction de ceux qui précèdent tout en justifiant continuellement l’existence des uns et des autres et leur enchainement, sans égard pour la cohérence d’ensemble qui n’apparait qu’à la mémoire précaire et difficile à tirer de l’éphémère de la nuit de l’esprit réveillé qui a regagné le pilotage restreint de la conscience. Sous le pilotage automatique du sommeil, la mémoire n’est pas moins active, mais elle est toute entière orientée vers cette suggestion justificative qui vise à convaincre en permanence l’esprit qui dort de l’authenticité de ce qu’il rêve. En sorte qu’il y a là, outre une activité narrative continuelle sous la forme de laquelle l’esprit est convaincu qu’il lui arrive quelque chose, une série d’éléments imbriqués dans cette narration qui fonctionnent comme un ensemble d’actes de langage à valeur cohésive, qu’on pourrait exprimer par des connecteurs logiques autant affirmatifs que performatifs du type « c’est donc pour ça que », « dès lors », « puisque ». Ainsi les chaines inférentielles narratives et argumentatives constituent l’activité de l’esprit qui dort et l’informent en permanence de ce qu’il doit croire au fur et à mesure de ce voyage intérieur sans queue ni tête mais non sans lien ni persuasion.

L’un des récits de Boulet qui montrait l’incohérence globale du rêve, en en rapportant un sous sa forme narrative dessinée, m’avait semblé remarquable de ce point de vue, parce qu’il conservait cette relation dissymétrique de l’esprit dédoublé qui se répartit entre la partie crédule en pilotage automatique et la partie persuasive sous programmation aléatoire autojustificative.

Le corps vivant du corpus

Quoi qu’on en dise, la recherche en sciences humaines butte sur une limite très précise : la nécessité de faire parler les gens pour produire un corpus (entretiens, questionnaires). Cette demande est vite épuisante pour le chercheur, épuisée quant à ses possibilités d’extension, et corrompue dans son fonctionnement même qui la rend socialement artificielle, étant précisé que les sciences humaines ne peuvent généralement bénéficier de l’effet laboratoire qui prévaut souvent dans les sciences de la nature. Cependant, la société actuelle étant toujours plus, quoi qu’on en pense, une société du commentaire, de la conversation et de la réaction, de l’écriture (textos, messages, forums, pages web) et de la conservation (multiplication des traces par capture d’images, enregistrement vidéo, historique, archivage systématique, etc.), il ne sera bientôt plus nécessaire pour le chercheur, partout où ce l’était encore, de provoquer soi-même son corpus ni même de l’enregistrer, mais uniquement de le choisir et de le prélever. Ce qui ne relève pas moins d’un art délicat. Les sciences humaines pourront déployer alors leur vraie nature : d’être des sciences du corpus, foncièrement discursive (y compris quand elles ne s’appuient que sur un corpus d’images) et historique à la fois. Je m’aperçois qu’il y a là une constante de mes recherches : le désir d’établir un corpus qui soit aussi scientifiquement nécessaire que naturel, dans des domaines où ce n’était pas préalablement donné (contrairement à l’histoire et aux sciences du texte), quitte à contraindre au moins à moitié la recherche par la découverte de ce corpus ou, en ce sens seulement, par son invention. Car l’invention la plus efficiente d’un corpus consiste à le découvrir.

Histoire et scientificité

 

Les sciences historiques modernes, paradigme de l’étude contextuelle qui confine à l’étude de cas comme nature fondamentale des sciences humaines, offrent aujourd’hui l’un des acquis scientifiques les plus rigoureux, nécessitant une prolongation et une actualisation perpétuelles de la recherche : la démonstration, tout en offrant, à partir des innombrables analogies et récurrences des situations passées, des enseignements qui permettent à l’homme d’anticiper et d’analyser les situations nouvelles, qu’il n’existe aucune loi établie, ni en amont ni en aval, capable de présider au devenir perpétuel de l’humanité. C’est en atteignant le même genre de résultats que les sciences du langage, la psychologie ou la sociologie pourront prétendre au même degré de scientificité, aux antipodes des déterminismes classiques dans lesquels on a cru reconnaitre, par le passé, l’indice même de cette scientificité. L’histoire qui tend aisément à être considérée comme la moins scientifique des sciences humaines en est, sous cet angle, à la fois l’origine et le modèle.

(29/12/12).

 

L’exploration du vécu

Il y a une exploration du vécu et, plus spécialement une étude des faits du vécu qui me semble être le propre des sciences humaines dans leur dimension qualitative et contextuelle, par une part qui échappe à la fois au sensible du seul récit ou de l’esthétique littéraire, et au conceptuel de l’investigation philosophique ; sauf, peut-être, et précisément, quand le récit et l’investigation philosophique se font vecteurs d’une étude empirique de l’humain, du social. J’ai maints exemples de ces études et, à la fois, il me semble n’en voir jamais que l’esquisse et qu’elles restent encore à mener. L’érudition historique, le témoignage vécu, la biographie, la chronique journalistique en sont comme les prémisses. Mais il faut élever toute la chair de ce matériau vécu jusqu’à la transparence des idées, sans en perdre pour autant la matérialité.

(21/12/12).

De la science à l’affect, de la politique à l’esthétique

De la même manière qu’il faut relier la pensée scientifique à l’affect, il faut sans cesse associer le politique à l’esthétique, dans la mesure même où ces composantes (affect, esthétique) sont radicalement différentes de ces domaines (science, politique) et constituent des ordres de grandeurs incommensurables qui les empêchent d’être assimilables ou subordonnés. Il n’est pas question que la science s’attribue l’affect et que le politique s’annexe l’esthétique. Il s’agit, tout au contraire, de déplacer la science par l’affect, le politique par l’esthétique. Bref, là comme ailleurs, tracer des devenirs.

(8/5/12)

Les scientifiques et le réel

Quoi qu’en pensent certains philosophes, à commencer par les phénoménologues, j’aime la confiance simple, naïve, acritique dont les scientifiques font preuve dans leurs travaux vis-à-vis du réel : le réel existe, indépendamment de leurs recherches et de toute conscience. Or généralement, la seule limite à cette confiance est précisément leur tendance à croire que leur propre activité de connaissance puisse être autre chose, ou sur un autre plan, que du réel encore, dans le réel.

(16/9/12)

L’ambigüité de l’intellectuel public

Foucault a analysé le concept antique de la parrhesia, comme renvoyant au « courage de la vérité ». Descartes disait « larvatus prodeo », je m’avance masqué, dans le contexte de la censure religieuse de l’époque. Il y a là toute l’ambigüité de l’intellectuel public : parrhésiaste de l’écriture (dans une interaction sociale différée), masque (de cire) de la figure (dans la confrontation directe).

(1/6/12)

La nudité des baies

Nous sommes entrés, sans le savoir, dans l’enceinte médiévale de la ville par l’ancienne porte royale qui débouche sur la très émouvante église Saint-Pierre, désaffectée et interdite au public depuis 2009, à cause de l’insalubrité du bâtiment. Nous nous sommes garés au pied de cette église qui a du coup marqué tant notre entrée dans Senlis que notre départ de la ville. Je reste imprégné par le passage de la venelle qui en borde le flanc, surplombée par le clocher Renaissance de l’église offrant au regard, perdu dans cette mise en abyme par l’absence, le spectacle spectral de ses grandes baies étroites et allongées, couronnées par leur arc plein-cintre, dépourvues de vitraux et donnant sur le vide, ou sur les baies symétriques de la façade opposée, renvoyant à leur tour le regard au vide extérieur du ciel sur lequel se détache le clocher de pierre désolé.

Cette expérience émouvante des baies de pierre majestueuses ouvertes sur le vide de siècles à jamais disparus s’est répétée dans la découverte de quelques châteaux de la Loire.

Renversement abyssal de l’étroite ligne verticale d’horizon que découpent, depuis l’intérieur du château, les meurtrières de toutes sortes destinées à le défendre, les baies sans vitraux, ouvertes sur des couloirs de pierre vide et sur les embrasures symétriques qui s’ouvrent dans la façade opposée, obligent le regard à traverser les imposantes bâtisses médiévales sans en rien saisir, tout en percevant le lourd tribu vespéral des vestiges de pierre hérités du passé qu’il traverse nécessairement dans cette fuite vers le vide.

Cette perspective poignante, dont l’incongruité est parfois soulignée par les meneaux de pierre qui divisent désormais l’ouverture béante des baies ainsi dépouillées, n’est nulle part si absorbante et si déroutante que dans la façade centrale du château d’Azay-le-Rideau, dont le nom éponyme de la ville d’accueil semble avoir été tout exprès composé pour dévoiler cet envers du décor qui ne révèle rien d’autre que son absence.

Les baies libres, béantes et nues du château d’Azay-le-Rideau se superposent sur trois étages au centre du corps de logis, surmonté d’un haut fronton triangulaire coiffé d’un ensemble de petits pinacles solennellement dressés pour accueillir le visiteur. Les baies reproduisant, à chaque étage, les embrasures des grandes portes du rez-de-chaussée, participent d’une symétrie implacable en hauteur qui alterne les arcs plein-cintre des portes du rez et du dernier étage, sous le fronton, avec les arcs en anse de panier (à trois centres) des deux étages médians.

L’ensemble, sur lequel débouche le petit pont qui donne accès au château par-delà ses douves, offre une structure élevée et parfaitement symétrique, qui semble un quasi avant-corps du bâtiment, et qui accueille l’arrivant sous le contrôle de son regard solennel, aujourd’hui orbite vide qui traverse de part en part le corps troué du château et aspire le regard de celui qui devait être toisé par la bâtisse, si bien qu’au lieu que le regard de l’étranger qui arrive au château soit pris dans un regard supérieur qui le défie, celui-ci est aspiré vers sa propre perte pour rebondir sur le vide des parois ou s’évanouir dans les espaces vides de la grande galerie de l’escalier d’honneur qui permet de gravir l’ensemble du corps de logis.