Le temps de la pensée

6. Ve 1er/07/11. Bureau, 11:56.

Je réalise que même dans l’urgence et la pression de l’échéance qui demande au plus vite un produit fini, j’ai intérêt, en cas de difficulté, à continuer le flux souple et vivant du processus de la pensée non orientée vers le produit, en parallèle, si je veux pouvoir garder l’élan nécessaire à mon travail. Sans l’exaltation et l’enthousiasme, je me recroqueville dans une inertie bornée et impuissante, écrasée par cette paresse ontologique, résistance devant un travail mort, et je cherche des refuges et des subterfuges. Alors que le souffle de la pensée, au large et au grand air, n’empêche pas qu’il y ait en même temps le projet d’un produit fini, comme un mal nécessaire plus ou moins contingent. Il y faut un art complexe d’articulation asymétrique de temporalités différentes, dans laquelle le temps volé par la pensée au produit fini se reconvertit en accélération de la production qui libère elle-même un nouvel espace de pensée. C’est un réseau infini et ouvert qui ne connait plus de clôture et de saturation.


6 réflexions au sujet de « Le temps de la pensée »

  1. Comme quoi, qu’on soit petite ou qu’on soit grand, la motivation pour le travail ne peut jamais sortir du néant : se ménager des moments de loisirs aident à être en meilleure condition pour bosser. Cependant, vous disiez encore il y a deux semaines de cela que l’approche de la « date fatidique » vous faisait travailler mieux que jamais … J’espère que ce sera encore le cas et que vous vous épaterez vous-même par un élan de productivité renouvelé.

    Bien à vous,

    Valérie d’H.

  2. Tu as raison pour le loisir, Valérie. Cependant, ici, je ne pensais pas au besoin de « respiration » auquel répond le loisir, mais plutôt au grand air de la pensée que la contrainte d’un travail à finir a tendance à détruire. C’est toute la difficulté : comment se résoudre à figer un texte sur le papier, alors que la pensée et la recherche ne vivent que du mouvement ? Mais peut-être que la réalité est plus mêlée, et que c’est là qu’il faut chercher une réponse. L' »œuvre » la plus « définitive » (comme The Lord of the Rings, ou un texte de Barthes) est peut-être en même temps la pensée la plus mobile. Cela veut dire alors qu’il faut pouvoir, en même temps, figer sa pensée dans un texte pour avoir un résultat, et ne pas cesser de la laisser bouger, jusque dans la fixation même des mots sur la page. C’est abstrait et pourtant c’est un vrai problème existentiel. Quoi qu’il en soit, merci pour tes encouragements !

    Sébastien.

  3. (En effet, je n’avais pas vu que vous aviez répondu, honte à moi).

    Pour répondre à votre question, je pense que tout l’intérêt d’une recherche et d’une pensée fructueuse, c’est de la mettre par écrit, précisément. En effet – et heureusement – la pensée est mobile et ne rencontre jamais de fin de notre vivant, mais elle serait également, me semble-t-il, complètement inutile si elle n’était pas couchée sur du papier. L’humain étant une créature éminemment sociale, il me semble qu’une pensée riche, qu’un travail approfondi n’ont de réel sens que pour être partagés et enrichir la connaissance universellement partagée de notre monde. Par ailleurs, comme vous le dites, je pense sincèrement que la fixer sur du papier permet permet un « meilleur » résultat, car on sait que si l’ont met cette pensée par écrit, c’est pour qu’elle soit lue, et cela permet peut-être donc une plus grande analyse, une discipline de travail plus fouillée et donc un résultat plus clair et aisé à partager.

    Donc je ne pense pas qu’il y ait vraiment de paradoxe, mais plutôt un mouvement essentiel dans l’écriture de la pensée ! Un mouvement qui va de l’individualité à l’universalité, ce qui rend le fait d’écrire cette pensée tellement palpitant ! Du moins, je le ressens comme ça.

    Et je pense qu’une approche pareille est plus encourageante que la vôtre pour mener des travaux à bien, si vous me permettez.

    Valérie

  4. Chère Valérie,
    Merci pour ces nouveaux commentaires :). Mon approche ne s’oppose pas au « produit fini ». C’est plus une difficulté que j’éprouve, mais je suis généralement d’accord avec ce que tu dis. Je suis en faveur de ce produit fini, mais il est difficile de s’y résoudre. Je veux dire, une fois qu’on apprend à entrer dans le mouvement infini de la recherche et de la pensée, il est toujours difficile de se résoudre, à un moment donné, à figer cette recherche et cette pensée à un certain stade. Mais il faut assurément le faire !
    Par ailleurs, quand je parle ici du « produit fini », il ne s’agit pas du passage à l’écrit. Ce mouvement infini de la recherche et de la pensée que j’évoque est aussi un mouvement d’écriture infini. C’est d’ailleurs ce qu’incarne ce carnet de recherche, et nos échanges : des notes, des pensées, du mouvement, à l’infini. Mais jamais le produit fini que représente un travail, un article ou, mieux, un ouvrage, une thèse… Or, là aussi, comme tu le défends, il faut pouvoir atteindre ce produit fini pour que la pensée se transforme en œuvre, c’est-à-dire en un objet autonome et solitaire qui va poursuivre sa course librement dans le monde. Il reste que la question est : à quel prix ? Surtout quand elle se pose non plus dans le cadre d’un travail, mais dans le cadre de la recherche comme activité. Je ne veux pas finir ma thèse parce que je m’y suis engagé ou parce qu’on me le demande. Je veux la finir parce que j’ai quelque chose à produire dans le monde, fût-ce un modeste petit quelque chose. Cependant, il ne faut pas, pour obtenir un tel produit fini, accepter d’être figé et arrêté dans son mouvement de recherche et de pensée. Il faut encore moins s’y soumettre avec froideur, en obéissant à la stricte rationalité et en perdant l’enthousiasme et la joie qui font ce que Heidegger appelle « la fête de la pensée ». Enfin, au-delà de la thèse qui n’est encore qu’un exercice, il ne faudrait pas non plus alourdir le monde d’un ouvrage-objet qui n’aurait pas, même à sa toute petite échelle, une tonalité spécifique, un écho particulier qu’on n’avait pas encore entendu et qui ouvre un petit quelque chose.

    Ça peut peut-être paraitre insolite, je ne sais pas, mais ce sont les vrais problèmes dans lesquels je me débats. Moi je ne parviens pas à finir un ouvrage et, en même temps, le monde est inondé d’ouvrages de toutes sortes parmi lesquels moins d’un dixième, sans doute, mériterait d’être dans le monde. Par ailleurs, le monde de la pensée est largement dominé par des gens tristes qui confondent matière grise et pensée grise, et qui font preuve d’un esprit de sérieux désastreux, à toute épreuve.

    En ce qui me concerne, ne pas parvenir à rédiger un ou plusieurs ouvrage(s) résultant de mes travaux de recherche serait un échec et une perte. Mais mieux vaut cet échec que d’écrire un ouvrage triste et formaté comme j’en vois de tous les côtés.

  5. Par ailleurs, voici une petite réaction personnelle par rapport à ton blog…
    Je te cite, Sébastien : « comment se résoudre à figer un texte sur le papier, alors que la pensée et la recherche ne vivent que du mouvement ? » et je te réponds en quelques mots : à part le carcan académique, la contrainte alimentaire aussi, rien ne fixe un texte. Le fait même qu’il sera édité le rend précisément vivant et modulable à jamais. Par toi comme par autrui, scripteur-lecteur d’un à-venir infini de ce texte désormais lisible : Montaigne déjà l’avait pressenti et jamais ne sortit de cette impasse de la fixité autrement que victorieux : et finalement, ne faisons-nous pas de même, sans le savoir clairement : réécrire sans cesse, modeler et remodeler ce qui par nous est créé? La fixation et le mouvement sont sans doute une perspective unique, les circonstances sociales et apparentes ne sont que détails qui parfois oblitèrent le caractère de l’oeuvre ouverte, mais jamais ne parviennent à la clore… Et le sujet que tu as choisi d’investir est aussi la garantie de cette quête infinie… Parallèlement, je te souhaite aussi de continuer à briller dans les sphères conjointes de la pensée et de l’humain. C’est un chemin tout simplement magnifique…
    Martine***
    (ps: mon cours en rhéto s’intitule : L’urgence de la pensée… Autre dimension temporelle qui nous taraude…)

  6. J’ai lu ton commentaire avec bien du retard, mais ce retard est la preuve même que l’immobilité n’est pas figée, comme tu le dis si bien. Je te suis sur toute la ligne. Merci Martine :).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *