Sans support

3. Je 31/03/11. Bureau, 22:07.

Suivant la recommandation nietzschéenne, je pensais tout à l’heure sans support (du moins, sans gens, sans livres et sans passion), en fumant une bonne pipe. Ces pensées libres m’ont menées après la thèse, comme à un temps dont l’essentiel était clair et que je n’avais pas à préparer. Il m’a semblé en effet que je ne souhaiterais rien tant que de combler un manque que je ressens continuellement en cherchant à me vouer à la recherche : mon inculture ou mon manque de lecture. Ce n’est pas exactement la même chose, et je sais des raisons pour me méfier de l’un comme de l’autre. Je pourrais tout aussi bien parler d’un manque d’expérience, car lire est une expérience de pensée et je n’imagine pas l’un et l’autre sans avancer encore, sans chercher. En revanche, une année complète ne serait pas trop pour me vouer à toutes ces lectures qui me manquent sur le mode, pourquoi pas, d’une exceptionnelle liberté. C’est que je suis toujours habité, même si elle ne m’est pas explicitement venue tout à l’heure, par cette scène issue de La Quête de l’Oiseau du Temps dans laquelle Bulrog, un guerrier bestial et hostile jadis brûlé au visage, après avoir été amputé d’un bras atteint par un mal incurable, abandonne la quête de ses compagnons et reste dans une vieille masure emplie de livres et du savoir de plusieurs générations, pour y finir ses jours dans la lecture et la méditation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *