La logique du rêve

Le rêve s’engendre en se justifiant continuellement par des processus cohésifs autoconvictionnels. Ceux-ci opèrent en amont par autogénerescence, chaque nouvel élément amené étant produit par un élément antérieur de sorte qu’il en semble, à l’esprit qui dort, la suite logique, et en aval, la suite de la narration ramenant chaque fois que faire se peut des allusions aux éléments précédents du récit de sorte à justifier rétroactivement leur apparition préalable. Le rêve fonctionne comme un programme qui sélectionne aléatoirement, du moins du point de vue de la cohérence narrative existentielle, des éléments disponibles puis se développe selon un algorithme qui permet de déterminer les nouveaux éléments en fonction de ceux qui précèdent tout en justifiant continuellement l’existence des uns et des autres et leur enchainement, sans égard pour la cohérence d’ensemble qui n’apparait qu’à la mémoire précaire et difficile à tirer de l’éphémère de la nuit de l’esprit réveillé qui a regagné le pilotage restreint de la conscience. Sous le pilotage automatique du sommeil, la mémoire n’est pas moins active, mais elle est toute entière orientée vers cette suggestion justificative qui vise à convaincre en permanence l’esprit qui dort de l’authenticité de ce qu’il rêve. En sorte qu’il y a là, outre une activité narrative continuelle sous la forme de laquelle l’esprit est convaincu qu’il lui arrive quelque chose, une série d’éléments imbriqués dans cette narration qui fonctionnent comme un ensemble d’actes de langage à valeur cohésive, qu’on pourrait exprimer par des connecteurs logiques autant affirmatifs que performatifs du type « c’est donc pour ça que », « dès lors », « puisque ». Ainsi les chaines inférentielles narratives et argumentatives constituent l’activité de l’esprit qui dort et l’informent en permanence de ce qu’il doit croire au fur et à mesure de ce voyage intérieur sans queue ni tête mais non sans lien ni persuasion.

L’un des récits de Boulet qui montrait l’incohérence globale du rêve, en en rapportant un sous sa forme narrative dessinée, m’avait semblé remarquable de ce point de vue, parce qu’il conservait cette relation dissymétrique de l’esprit dédoublé qui se répartit entre la partie crédule en pilotage automatique et la partie persuasive sous programmation aléatoire autojustificative.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *