La résistance des élèves

3. Je 9/5/13. La lenteur des élèves me sidère (3e générale et 4e technique du secondaire, Bruxelles, enseignement à encadrement différencié). Je sais que je parle trop et que j’ai des difficultés à gérer le temps d’enseignement, à boucler une matière (j’enseigne le français et l’histoire). Leur niveau intellectuel est nettement plus bas, naturellement, que celui des étudiants du supérieur auxquels j’ai enseigné ces dernières années, mais j’ai le sentiment de m’y adapter relativement aisément dans les leçons données, malgré leurs protestations (« on n’est pas à l’université ») ainsi que dans les travaux et les corrections, fût-ce avec quelques ajustements. Mais ce qui dépasse tous mes souvenirs (j’ai enseigné dans la même école il y a 8 ans) et toutes mes anticipations, et que je ne sais pas encore comment gérer à ce stade, c’est leur incroyable lenteur. C’est une lenteur active et collective : c’est leur acte de résistance principal à l’obligation de scolarisation qu’ils subissent, au travail qu’implique l’activité d’apprentissage qui leur est imposée. Certes ils veulent travailler pour des points et s’investissent difficilement si on les avertit que le travail, formatif, « ne comptera pas pour le bulletin ». C’est une façon de donner un sens pragmatique à la contrainte et de détourner la finalité d’apprentissage qu’ils n’ont pas choisie. Toutefois, leur rapport aux points, à ce titre, n’est qu’un symptôme secondaire, aisément contourné par un jeu de sanctions/récompenses alternatif, comme la promesse qu’ils seront retenus plus longtemps en classe si le travail n’est pas fait, ou mal réalisé. Ce qui est plus essentiel, c’est cette lenteur, manifestation fondamentale de leur résistance et de leur ennui, par une force d’inertie collective et distribuée sur tous les acteurs de la classe, qui s’oppose perpétuellement, tant physiquement que mentalement, au projet d’apprentissage conduit par l’enseignant, mandaté par l’institution qui l’ordonne, c’est-à-dire l’école, l’une des dernières institutions de captivité obligatoire pour tous si l’on en croit Lahire.


2 réflexions au sujet de « La résistance des élèves »

  1. La vitesse ou la lenteur? S’agit-il vraiment de résistance ou d’un modus operandi ou vivendi? A mon sens, Sébastien, si comme moi tu privilégies l’enjeu, la vie, l’apprentissage qui fonde l’-être-au-monde, même en imitant Onfray, quelque chose peut apparaitre, se manifester, malgré eux. Ils ne sont même pas résistants : ils sont dans un aveuglement total ou presque total par rapport à leur présence, là, entre des murs qui devraient être tremplins et fenêtres ouvertes sur le monde, sur des îles qui les attendent, sur des rivages de sens, alors que ces murs leur servent obligatoirement de socles de compétences. Alors ils ferment les yeux. Car là n’est pas la vraie vie. Et pourtant tel est leur monde… Mais comme Voltaire, il faut continuer à croire que dans les systèmes aussi petits que les rouages d’horloges, quelque chose de libre et de magistral peut advenir. Par toi, avec eux. Malgré la lenteur. Car la vie passe si vite…

  2. Merci pour ton message, Martine, que j’aime beaucoup. Pour moi, les murs entre lesquels les élèves sont pris, et accessoirement les professeurs aussi, ne servent pas uniquement de « socles de compétences ». Cet usage n’est qu’un avatar récent et secondaire d’une institution plus profondément caractérisée par la captivité. Ceci dit, je ne pense pas non plus que tout ce qui peut se passer à l’école devrait se réduire à cette captivité ou à cette résistance. Je n’ai même pas besoin de croire qu’autre chose peut se produire. Je le sais. Je l’ai vu, étudié et vécu. C’est juste une chape immense et pénible, et au-delà encore une contrainte très caractéristique du milieu scolaire qui doit être pensée. Quand tu évoques quelque chose de « magistral », je suppose que tu penses au souffle et à la grandeur. Je le demande parce que, dans ce contexte, le terme est ambigu, surtout s’il faut y lire une opposition entre « murs des compétences » et « liberté du magistral ». Je ne serais pas contre le fait de discuter d’une telle perspective critique par rapport aux injonctions officielles, mais le propos me semble ici plus vaste. Cela n’empêche pas de le préciser, mais il s’agit de ne pas réduire l’opposition entre contrainte (« tu apprendras que tu le veuilles ou non ») et liberté (d’agir et de pensée) à cet autre débat. Enfin, si j’aime beaucoup ce que tu écris et ta façon de l’écrire, quant à l’apprentissage et à la liberté, je ne pense pas pouvoir dire qu' »[I]ls ne sont même pas résistants ». On résiste tous, même mécaniquement, ne serait-ce que par inertie, comme une boite refuse de se fermer ou d’être emboitée dans une autre à peine plus large. On résiste chaque fois qu’on est réticent, or Dieu sait qu’ils le sont. Je pense même qu’ils sont résistants par système et par rôle. Ils sont résistants parce qu’ils doivent apprendre malgré eux, à leur corps défendant. Ils sont résistants même s’il se peut que cette résistance se fasse aussi malgré eux, et même s’il y a une grande différence entre la résistance active, militante du révolté, et la résistance passive de l’acteur involontaire. Une dernière chose peut-être : la lenteur que je décris n’est pas n’importe quelle lenteur et elle est fortement située dans son contexte (malgré la généralité peut-être trompeuse de mon propos). Il s’agit de la lenteur dans la mise au travail ou dans l’activité elle-même dont font preuve en permanence et en tant que collectivité, mais apparemment de façon tout à fait « naturelle » et involontaire, mes classes de 3e générale et de 4e année de technique, dans une école « à encadrement différencié » comme on dit à présent, et à forte « multiculturalité », comme on dit également. Prendre de quoi écrire semble déjà tout un monde. Et les 50 minutes allouées à l’interaction pédagogique et didactique que devrait être chaque rencontre entre nous se résorbent misérablement comme une peau de chagrin qui ne serait plus capable de couvrir la moindre partie du corps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *