De la science à l’affect, de la politique à l’esthétique

De la même manière qu’il faut relier la pensée scientifique à l’affect, il faut sans cesse associer le politique à l’esthétique, dans la mesure même où ces composantes (affect, esthétique) sont radicalement différentes de ces domaines (science, politique) et constituent des ordres de grandeurs incommensurables qui les empêchent d’être assimilables ou subordonnés. Il n’est pas question que la science s’attribue l’affect et que le politique s’annexe l’esthétique. Il s’agit, tout au contraire, de déplacer la science par l’affect, le politique par l’esthétique. Bref, là comme ailleurs, tracer des devenirs.

(8/5/12)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *