2 réflexions au sujet de « Le chercheur en enfance »

  1. Pour le coup je ne suis pas d’accord. Un parent, un bon, pense plus à ses enfants qu’à toute autre chose. Et le soutient parental constant, difficile, sans parler de l’observation, suit bien une pensée en amont.

    Bien qu’écrivant beaucoup, pour prendre un exemple, je n’aime pas le parallèle oeuvre/enfant justemment à cause de ce côté trop intérieur. Un enfant est par nature non perfectionnable, puisqu’il est créé une fois, et on ne peut le concevoir de bout en bout. De plus, il n’est pas une copie de nous -même mais le subtil mélange d’une éducation, d’une génétique, et des aléas de l’existence.

    Par contre j’aime l’aphorisme de l’aquarelle.

    1. Ah ah, moi j’aime ton « par contre » final sur l’aquarelle, Guillaume.

      Ce qui est curieux, dans ton désaccord avec moi, c’est que je me sens, moi, en accord avec ce que tu dis, sans pour autant revenir sur ce que j’ai dit…

      Peut-être que cela s’explique par une différence d’interprétation dans mon propos de départ qui appelle un petit commentaire. Après tout, c’est le propre de l’aphorisme.

      Je ne fais aucun parallèle ici entre l’œuvre et l’enfant. Le parallèle que je fais, et qui me frappe, c’est entre l’observation de la vie humaine, sociale, par le chercheur en sciences humaines, et l’observation de l’enfant par son parent.

      Quant à l’expression « pensée », je pense que tu l’emploies dans un sens différent du mien. Il ne s’agit certes pas de dire qu’un chercheur est plus préoccupé par sa recherche qu’un parent par son enfant. Mais de dire qu’il consacre beaucoup plus de temps à peser les évènements qu’il a observés, à les analyser, qu’un parent ne le fait… et heureusement ! Ce qui me semble fascinant, c’est qu’un parent, devant son enfant, est forcément dans une observation permanente et en même temps, cette observation, qui implique bien entendu beaucoup de pensée, est continuellement prise dans la vie même du parent et de l’enfant, continuellement engoncée dans l’action et l’intervention, là où le chercheur est systématiquement en retrait.

      Enfin, cette comparaison rend à mes yeux la recherche à la fois plus simple et plus belle, grâce à l’expérience commune, intense et exceptionnelle à la fois du parent qui s’étonne continuellement de l’évènement permanent de l’enfance et surtout, qui s’interroge constamment sur le fonctionnement de la vie et de l’apprentissage face au spectacle auquel il assiste mais aussi auquel il participe. Il n’y a donc en aucun cas, dans l’intention de cet aphorisme, de diminution de la relation parent/enfant par rapport à la recherche, puisque c’est de l’inverse qu’il s’agit. Rendre à la recherche en sciences humaines son naturel et sa beauté, en la comparant à cette expérience simple mais incroyable. Et, du même coup, souligner à quel point ces expériences sont proches, et distantes/distinctes à la fois.

      Qu’en penses-tu ?

      Séb.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *