Petite question d’épistémologie : Didacticien de la littérature ou didacticien du français ?

En didactique de la littérature, certains distinguent ceux qui se posent d’abord comme “didacticiens du français” ou comme “didacticiens de la littérature”. En réalité, je vois trois problématiques différentes derrière cette opposition.

Le plus souvent, c’est probablement la discipline scolaire “français” comme objet de la didactique qui justifie de se penser comme “didacticien du français”, avant de se penser comme “didacticien de la littérature”. Ceux qui font l’inverse auraient alors tendance à mépriser la situation scolaire au nom de leur passion pour la littérature, et de leur volonté de la diffuser.

Ce premier niveau implique en réalité le second : la discipline scientifique du champ didactique se définit comme didactique disciplinaire, en s’ancrant dans la discipline “français”. Du coup, ceux qui se pensent d’abord comme “didacticiens de la littérature” se pensent d’abord comme “littéraires” avant de se penser comme “didacticiens”. C’est très flagrant dans certains colloques qui associent la littérature à la didactique de la littérature, au lieu d’articuler la didactique de la littérature à la didactique du français.


Cependant, cette double conception, largement justifiée, a en même temps le tort d’enfermer la discipline didactique dans la discipline scolaire. Pour ma part, je défends une didactique qui s’affranchisse de la forme scolaire, bien qu’elle demeure son terrain privilégié, pour penser l’apprentissage spécifique à un objet de savoir précis et disciplinaire, dans un sens plus large qui ne se limite pas à la discipline scolaire (ex. la didactique de l’Aïkido, ou de la pêche). Il est néanmoins clair qu’historiquement et actuellement, la didactique est d’abord une science annexée à la pratique scolaire.
 Dans ma thèse, qui porte largement sur l’apprentissage de la littérature en situation scolaire, la troisième partie est spécifiquement développée (les amateurs de littérature) pour sortir la littérature de la classe et montrer, qu’en tout cas, si l’on apprend la littérature à l’école, on l’apprend rarement uniquement à l’école (ce qui ne ferait même pas sens, contrairement par exemple aux mathématiques, au latin, à la géographie et à l’histoire, mais parallèlement à l’informatique ou au néerlandais).

Enfin, il existe un troisième niveau, bien qu’il soit également impliqué dans le premier niveau.
 Ce troisième niveau est celui des études littéraires, en tant que champ disciplinaire autonome ou, au contraire, en tant que champ rattaché aux sciences du langage au sens large. À ce niveau, la réalité historique et actuelle plaide  pour considérer qu’un littéraire n’est pas, d’abord, un spécialiste du langage ou du discours. Du coup, celui qui, comme moi, refuse de penser la didactique d’abord en fonction d’une discipline scolaire, est nécessairement amené à s’ancrer dans les champs disciplinaires scientifiques, et devrait logiquement, dans le cas présent, d’abord se considérer comme littéraire, avant de se considérer comme spécialiste de la langue française. Et pourtant, ici encore, je choisis la position inverse et minoritaire. De la même façon que certains didacticiens du français sont agacés par ces “littéraires” qui se pensent comme “didacticiens de la littérature” avant de se penser comme “didacticiens du français”, aux dépens de la probité scientifique de leur objet et de leurs démarches, Maingueneau s’agace de ces “littéraires” qui traitent la littérature dans des approches qui soit s’ancrent en réalité dans d’autres disciplines (sociologie, histoire, etc.) qu’ils ne maitrisent que partiellement s’ils se pensent d’abord comme littéraires, soit n’ont pas grand chose de scientifique.

Outre l’intérêt d’un discours critique et théorique littéraire, à mi-chemin entre la philosophie, la science et la littérature, comme l’est le genre de l’essai, les études littéraires sont avant tout pour moi des études de champs disciplinaires diverses qui ne se définissent que par leur objet (comme les études sur la lecture ou sur la religion). Pour un ancrage disciplinaire plus spécifique, il faut se tourner vers les sciences du langage (comme le soulignait déjà le dictionnaire de Ducrot et Todorov puis de Ducrot et Schaeffer) et, notamment, l’analyse du discours et la linguistique.

Toutefois, les “sciences du langage” elles-mêmes sont-elles autre chose qu’un agglomérat de disciplines différentes centrées sur le même objet, le langage, comme les “sciences de l’éducation”.
 Si bien qu’il faut admettre que coexistent en réalité, dans les sciences humaines (et peut-être d’ailleurs tout autant dans les sciences de la nature comme le montrerait, par exemple, la problématique des neurosciences), une classification basée sur la perspective (sociologie vs psychologie vs histoire), sur la méthode (linguistique, critique et théorie littéraire, voire philosophie analytique) ou sur l’objet (ethnologie, sciences de l’éducation, sciences du langage, études littéraires).


L’injonction normative proposée par certains et impliquant de se définir comme “didacticien du français” plutôt que comme “didacticien de la littérature” perd alors largement, comme c’est souvent le cas lorsqu’une prescription normative unilatérale est soumise à un examen minutieux, de sa force et de son sens. Ce qui reste juste, c’est que la façon de s’ancrer plutôt en didactique du français ou en didactique de la littérature est révélatrice, mais de quoi, cela reste à voir. Tout dépend des niveaux envisagés dans l’opposition intradidactique “français vs littérature” (discipline scolaire, champ disciplinaire de la didactique, champ disciplinaire des études littéraires et des sciences du langage) et de la façon d’envisager la constitution d’une discipline (ce que je n’ai envisagé que pour la discipline scientifique, mais qui pourrait poser autant de questions pour la discipline scolaire, surtout si on étend les formes d’enseignement formel au-delà de l’école secondaire qui sert souvent de modèle normatif, et si l’on tient compte des différents cas de figure de la programmation scolaire en fonction des aires culturelles et des variations géographiques).


2 thoughts on “Petite question d’épistémologie : Didacticien de la littérature ou didacticien du français ?”

  1. Bonjour,
    découvrant votre blog, je me permets de réagir à la volée à ce billet qui m’interpelle en tant que didacticienne de la lecture et notamment littéraire (mais en langue étrangère et seconde).

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous. Si vous étiez ancré dans le champ des sciences de l’éducation, vous pourriez travailler sur la didactique en général, l’apprentissage d’un savoir, les « manières d’apprendre » dans et en dehors de l’école. Ce n’est donc pas impossible. Il s’agit plutôt d’un choix à faire (et à assumer évidemment).

    Par ailleurs, plusieurs chercheurs travaillent actuellement sur les savoirs hors scolaires, comme Delamotte, Penloup, et l’équipe de Reuter par exemple.

    Vous ne pouvez pas dire également qu’il faut articuler la didactique de la littérature à la didactique du français dans les colloques portant sur la première.
    L’orientation donnée à un colloque est un choix de chercheur. Les rencontres des chercheurs en didactique de la littérature, par exemple, (que vous fréquentez peut-être) sont orientées différemment chaque année, et les thématiques abordées permettent de parler plus ou moins de la discipline « français ».
    Mais il y a là une affirmation qu’il faut comprendre en relation avec l’histoire de la discipline. Pendant longtemps, ces deux champs (qui gagnent à être diversifiés car on n’y apprend pas la même chose et de la même façon) ont eu des relations difficiles qu’il fallait clarifier et ces rencontres sont en quelque sorte une affirmation de l’autonomie du champ.
    Vous abordez d’ailleurs cela dans votre troisième point, en appelant une identification plus claire des didacticiens de la littérature par rapport à la discipline français. Mais comme vous le dites aussi, en tant que didacticien de la lecture littéraire (ce que dit votre présentation, et ce que je suis aussi), nous sommes encore plus à part car il s’agit davantage d’enseigner un mode de lecture qu’un contenu, même si celui-ci est indispensable.

    Finalement, je crois que l’identification d’un chercheur est multiple, et on ne se fixe plus sur un sujet unique quand on sort de la thèse.
    Il s’agit donc davantage d’une étiquette que l’on se donne pour trouver sa place au sein d’une communauté et être reconnu par ses pairs en tant que tel.

    Je suppose que j’ai été trop rapide dans mon commentaire, mais j’espère ne pas avoir été trop obscur.
    Quoiqu’il en soit, merci pour ce billet qui donne à réfléchir.

    1. Chère Estelle,

      Merci pour vos remarques.

      Je ne voulais pas dire, dans ce billet, qu’il n’est pas possible de travailler sur l’apprentissage « dans et en dehors de l’école », non seulement en didactique générale, comme vous le signalez, mais aussi en didactique professionnelle par exemple (cf. Filliettaz à Genève).

      Ce qui m’intéresse ici, c’est l’association étroite entre la constitution d’une didactique disciplinaire comme champ scientifique, ici la didactique du français, et le français comme discipline scolaire (essentiellement du secondaire). Je ne pense pas non plus, d’ailleurs, que cette constitution rende impossible d’autres approches didactiques, mais je remarque qu’elle semble être largement dominante. C’est en tout cas la perspective qui prévaut dans la définition des « Didactiques » que donne le /Dictionnaire des concepts fondamentaux des didactiques/ (De Boeck, 2007/2010, dir. Reuter) : « On pourrait définir, en première approche, les didactiques comme les disciplines de recherche qui analysent les contenus (savoirs, savoir-faire…) en tant qu’ils sont objets d’enseignement et d’apprentissages, référés/référables à des matières scolaires. (…) C’est donc la focalisation sur les contenus et sur leurs relations à l’enseignement et aux apprentissages qui spécifie les didactiques. Plus précisément encore, les didacticiens sont des spécialistes de disciplines scolaires (français, mathématiques, sciences, musique…). Cette référence fondamentale renvoie à l’école, à ses fonctionnements et à ses modes de structuration à long terme — ce que d’aucuns appellent la forme scolaire — qui catégorise et organise les contenus en matière. » (p. 69).

      C’est aussi dans cette lignée que s’inscrit la dernière parution de la collection « Recherches en didactiques du français » de l’AIRDF, /Les concepts et les méthodes en didactique du français/ (2011), dir. par Bertrand Daunay, Yves Reuter et Bernard Schneuwly, et c’est aussi exclusivement par rapport à la discipline scolaire qu’est définie la didactique du français dans l’ouvrage /Didactique du français langue première/, De Boeck, 2010, par Joaquim Dolz, Jean-Louis Dufays, Claudine Garcia-Debanc et Claude Simard. Il ne me semble donc pas exagéré de dire qu’il y a actuellement, en la matière, consensus sur la question, du moins en didactique du français langue première (j’ai le sentiment que les choses pourraient précisément être plus ouvertes en didactique du FLE/S, mais vous êtes mieux placée que moi pour le dire).

      Vous dites, à juste titre : « Finalement, je crois que l’identification d’un chercheur est multiple, et on ne se fixe plus sur un sujet unique quand on sort de la thèse. Il s’agit donc davantage d’une étiquette que l’on se donne pour trouver sa place au sein d’une communauté et être reconnu par ses pairs en tant que tel. »

      Cependant, il me semble qu’un consensus, précisément au sens du « paradigme scientifique » chez Kuhn, définit une orientation normative dominante et commune. Si celle-ci pèse certes davantage sur le doctorant qui est invité à « faire ses preuves » et, surtout, à s’insérer dans la communauté de recherche, la force du consensus est l’indice que cette orientation normative ne pèse pas moins sur l’ensemble des chercheurs. L’accord sur la question dans les ouvrages généraux et fondamentaux que j’évoquais me semble aussi révélatrice. Pour le dire un peu plus radicalement : ou bien il est absurde d’envisager qu’une didactique spécifique voire disciplinaire puisse avoir autre chose que la discipline scolaire comme point de référence, et dans ce cas, ma discussion tourne à vide, ou bien il y a effectivement un consensus actuel qui rend difficile (et non impossible) d’envisager qu’une didactique spécifique puisse être liée à une discipline ou un champ du savoir qui n’est pas nécessairement issu de la « forme scolaire » telle que nous l’entendons. J’avais pris à dessein l’exemple de l’Aikido, en référence à une thèse de sciences de l’éducation défendue en 2007 par Patrick Chignol (http://jean-claude.regnier.pagesperso-orange.fr/joao_claudio/4PA16301/travaux/ExposeDoctoratChignol.pdf), et celui de la pêche parce que c’est un exemple utilisé par Chevallard (et cité dans le dictionnaire dirigé par Reuter, p. 54).

      Quant à des recherches comme celle de Penloup, et aussi celles de l’équipe de Reuter pour autant que je sache, et que vous avez bien raison de mentionner, il me semble, même si je ne les ai pas assez lus sur cette question, que les « savoirs hors scolaires », comme vous dites, y sont essentiellement envisagés comme des savoirs et des pratiques « extra-scolaires », c’est-à-dire par rapport à l’école et pour clarifier l’enseignement-apprentissage à l’école.

      Ce serait tout autre chose, me semble-t-il, d’interroger comment on apprend à lire un texte littéraire autant à l’école qu’en dehors de l’école, pour en revenir à notre sujet commun. Voire d’envisager tant une recherche sur l’apprentissage de la lecture des textes littéraires à l’école, avec l’influence de l’extra-scolaire, que l’inverse : une recherche sur l’apprentissage de la lecture hors de l’école, avec l’influence scolaire. Je n’ai pas a priori connaissance qu’il existe un travail de ce type en didactique de la littérature aujourd’hui.

      Pour les journées d’études des didacticiens de la littérature, elles ont en effet beaucoup aidé à reconnaitre la spécificité de la didactique de la littérature. Je ne suis pas sûr, pour autant, qu’on puisse en déduire qu’il existe un champ autonome de la « didactique de la littérature » qui ne relèverait pas directement de la didactique du français. Ça ne me semble en tout cas pas être la perspective ni des ouvrages que j’ai cités, ni de l’AIRDF en général.

      Par ailleurs, pour ma part, l’articulation entre « didactique de la littérature » et « didactique du français » ne fait pas problème, encore moins lors des rencontres des didacticiens de la littérature. J’évoquais plutôt des colloques à mi-chemin entre la didactique de la littérature et la littérature tout court, dans lesquels, du coup, les chercheurs semblent souvent être des « littéraires » avant d’être des « didacticiens », comme c’était le cas, par exemple, au colloque « Le lecteur engagé » à Bordeaux en novembre 2006 (/Le lecteur engagé/, « Modernités » n°26, Presses universitaires de Bordeaux, 2008, dir. I. Poulin et J. Roger).

      Ceci dit, mon propos n’est pas clair tant que je ne dis pas à quoi il répond. En réalité, l’ensemble de mon billet est, sans le dire explicitement, une réaction à une remarque de Bertrand Daunay, formulée comme suit :

      « [L]a problématique en jeu ici relève d’un choix a priori de ne pas considérer l’approche de la littérature comme distincte de l’approche de la matière « français » dans son ensemble ; or ce choix initial est de nature idéologique et dépasse la didactique du français pour renvoyer au contexte institutionnel : on choisit de se nommer professeur de lettres ou de français, comme on choisit de se nommer didacticien de la littérature ou du français. Mais mon approche de la question, sans jamais nier sa dimension idéologique, s’est peu à peu déplacée sur le terrain épistémologique » (Note de synthèse HDR, 2007, p. 5, non publié).

      Voilà. Je vous remercie vivement de votre lecture attentive et de vos remarques qui font aussi avancer la réflexion. Si j’ai été long, c’est dans le souci de préciser mon propos. Si vous avez d’autres réactions, même brèves, elles sont les bienvenues.

      Cordialement,

      Sébastien Marlair.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *