La nudité des baies

Nous sommes entrés, sans le savoir, dans l’enceinte médiévale de la ville par l’ancienne porte royale qui débouche sur la très émouvante église Saint-Pierre, désaffectée et interdite au public depuis 2009, à cause de l’insalubrité du bâtiment. Nous nous sommes garés au pied de cette église qui a du coup marqué tant notre entrée dans Senlis que notre départ de la ville. Je reste imprégné par le passage de la venelle qui en borde le flanc, surplombée par le clocher Renaissance de l’église offrant au regard, perdu dans cette mise en abyme par l’absence, le spectacle spectral de ses grandes baies étroites et allongées, couronnées par leur arc plein-cintre, dépourvues de vitraux et donnant sur le vide, ou sur les baies symétriques de la façade opposée, renvoyant à leur tour le regard au vide extérieur du ciel sur lequel se détache le clocher de pierre désolé.

Cette expérience émouvante des baies de pierre majestueuses ouvertes sur le vide de siècles à jamais disparus s’est répétée dans la découverte de quelques châteaux de la Loire.

Renversement abyssal de l’étroite ligne verticale d’horizon que découpent, depuis l’intérieur du château, les meurtrières de toutes sortes destinées à le défendre, les baies sans vitraux, ouvertes sur des couloirs de pierre vide et sur les embrasures symétriques qui s’ouvrent dans la façade opposée, obligent le regard à traverser les imposantes bâtisses médiévales sans en rien saisir, tout en percevant le lourd tribu vespéral des vestiges de pierre hérités du passé qu’il traverse nécessairement dans cette fuite vers le vide.

Cette perspective poignante, dont l’incongruité est parfois soulignée par les meneaux de pierre qui divisent désormais l’ouverture béante des baies ainsi dépouillées, n’est nulle part si absorbante et si déroutante que dans la façade centrale du château d’Azay-le-Rideau, dont le nom éponyme de la ville d’accueil semble avoir été tout exprès composé pour dévoiler cet envers du décor qui ne révèle rien d’autre que son absence.

Les baies libres, béantes et nues du château d’Azay-le-Rideau se superposent sur trois étages au centre du corps de logis, surmonté d’un haut fronton triangulaire coiffé d’un ensemble de petits pinacles solennellement dressés pour accueillir le visiteur. Les baies reproduisant, à chaque étage, les embrasures des grandes portes du rez-de-chaussée, participent d’une symétrie implacable en hauteur qui alterne les arcs plein-cintre des portes du rez et du dernier étage, sous le fronton, avec les arcs en anse de panier (à trois centres) des deux étages médians.

L’ensemble, sur lequel débouche le petit pont qui donne accès au château par-delà ses douves, offre une structure élevée et parfaitement symétrique, qui semble un quasi avant-corps du bâtiment, et qui accueille l’arrivant sous le contrôle de son regard solennel, aujourd’hui orbite vide qui traverse de part en part le corps troué du château et aspire le regard de celui qui devait être toisé par la bâtisse, si bien qu’au lieu que le regard de l’étranger qui arrive au château soit pris dans un regard supérieur qui le défie, celui-ci est aspiré vers sa propre perte pour rebondir sur le vide des parois ou s’évanouir dans les espaces vides de la grande galerie de l’escalier d’honneur qui permet de gravir l’ensemble du corps de logis.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *