Les infortunes de la vertu en sciences humaines

14/08/12. Bureau, 20:56. Je comprends nettement ma difficulté. Je voudrais avoir une culture immense dans les différents champs de recherche des sciences humaines et de philosophie dont je vois trop bien à quel point ils sont liés, alors qu’on fonctionne généralement essentiellement avec un cadre de référence ad hoc, sans parler des problèmes d’incompatibilité que cela soulève (par ex., entre Deleuze & Guattari d’un côté, et Vygotski de l’autre), des pans entiers de pensée que je ne rejoins pas mais que j’aurais besoin de bien connaitre pour m’y opposer (le paradigme computo-représentationnel des sciences cognitives, la psychanalyse freudienne, jungienne et lacanienne, la phénoménologie, le néopositivisme logique du cercle de Vienne, l’épistémologie de Khun), et de tous les champs qui n’entrent ni dans la philosophie et les sciences humaines telles qu’elles me concernent directement, mais dont la maitrise serait importante (la logique formelle, les statistiques), ou ceux plus éloignés encore avec lesquels j’aimerais tout de même être familiarisé (les sciences exactes en général, les mathématiques, les sciences de l’informatique, la littérature, les arts en général…) ; enfin, sans parler, non plus, de l’ensemble des compétences plus ou moins techniques que je devrais idéalement maitriser pour mener à bien mes travaux de recherche (les logiciels informatiques de recherche, une langue étrangère comme l’allemand).

Pour ne m’en tenir qu’aux champs associés assez directement à ma thèse, et dont je voudrais avoir une bonne connaissance (sans me soucier d’une taxonomie rigoureuse) :

– La didactique du français (Reuter, Daunay, Schneuwly) et, plus spécifiquement, la didactique de la littérature (Dufays, Dumortier, Rouxel)
– Les études littéraires et, plus spécifiquement, les études de la réception et de la lecture (Jauss, Iser, Eco, Gervais), ainsi que celles sur la fiction, la narration (Ricœur) et la forme romanesque (Pavel)
– L’histoire (Chartier), la sociologie et la psychologie de la lecture
– La philosophie analytique en esthétique et sur la fiction (Beardsley, Goodman, Genette, Schaeffer)
– La philosophie, la sociologie et la psychologie de l’art
– Les sciences de l’éducation et la pédagogie (Meirieu, Perrenoud)
– La sociologie et la philosophie de l’enseignement et de l’éducation
– La psychologie sociohistorique et développementale (Piaget, Vygotski,  Bruner, Wertsch, Cole, Rogoff) ; la cognition et l’apprentissage « situés » (Suchman, Lave)
– Les sciences cognitives « situées et distribuées » (Hutchins, Clark)
– L’analyse du discours (Maingueneau, Paveau), la pragmatique (celle de Austin et Searle ; celle de Sperber et Moeschler), l’énonciation (Bakhtine, Benvéniste, Ducrot, Kerbrat-Orecchioni)
– La sociolinguistique (Bernstein, Gumperz, Labov, Bautier, Bronckart)
– La philosophie matérialiste et différentielle (Spinoza, Hume, Nietzsche, Deleuze & Guattari, Foucault, Simondon)
– La philosophie pragmatique (Dewey, William James)
– L’interactionnisme (Goffmann, Becker), l’ethnométhodologie (Garfinkel) et la théorie ancrée (Anselm et Strauss)
– La sémiotique multimodale (Kress et alii)
– La sociologie critique (Bourdieu), postcritique (Lahire), interactionnelle et pluraliste (Latour, Boltanski, Kaufmann)
– Les neurosciences cognitives et philosophiques (Churchland, Changeux, Edelman, Damasio)

Les découpages fonctionnent mal et les références auxquelles je pense sont incomplètes et souvent déformées par rapport aux vrais rapports de force qui structurent les champs concernés. Ce qui montre à la fois que je suis évidemment loin d’avoir la maitrise interdisciplinaire à laquelle j’aspire, ne serait-ce qu’en termes de culture philosophique et scientifique, mais aussi qu’il s’agit autant (ou tout aussi peu) de champs de recherche que d’une série d’œuvres et d’auteurs importants et qui sont associés à mes préoccupations prioritaires. C’est peut-être quasiment plus sain de construire une sorte de champ à soi seul à partir de sa propre problématique (comme le fait Bernstein), en s’inscrivant éventuellement dans l’un ou l’autre champ majeur, quitte à l’inventer (didactique du français et sociologie pluraliste de l’esthétique), et en tissant son propre travail d’élaboration théorique et d’analyse empirique à partir d’un ensemble pluriel et ouvert d’œuvres et d’auteurs, celui dont les aléas constituent la bibliographie de thèse. Ce qui veut dire aussi que cet ordre de priorité (une bibliographie en fonction d’une problématique et des aléas de la lecture scientifique qui font les guenilles de culture scientifique dont je me vêts) s’oppose radicalement à la tentation oppressante et rationnellement inévitable de vouloir maitriser les différents champs de recherche qui semblent nécessaire à l’élaboration d’une problématique donnée. Il faut faire la recherche (thèse ou/puis autre) et faire avec, même s’il ne faut perdre ni cette richesse et cette ouverture qui garantit une problématique plurielle, complexe, ni ce souci de se construire, au fur et à mesure des aléas de recherches successives, une culture philosophique et scientifique qui permette à la fois une vue d’ensemble et une approche multivectorielle fortement spécifiée dans le vaste univers structuré et fluctuant des sciences humaines.


6 réflexions au sujet de « Les infortunes de la vertu en sciences humaines »

  1. Billet intéressant qui donne à voir mille références passionnantes !

    Mais toute thèse n’est elle pas « partielle » dans le sens qu’acquérir une référence totale est impossible? Quand bien même on maitriserait telle oeuvre, tel domaine à fond,
    il resterait toujours au moins la place pour la recherche justement.

    Pourquoi ne pas se dire « je fais de mon mieux avec mes références actuelles » quitte à retravailler sa thèse par après toute sa vie, et aussi se dire « j’ai tout le temps d’accumuler ces références ensuite ».

    Bon courage en tout cas ! Mais de voir ainsi tant de références motive je trouve.

    1. Cher Guillaume,

      Tu as un esprit robuste et une prédisposition favorable si ces références jetées ainsi au vent sont une motivation pour toi ! Je suis admiratif, et ça me motive en retour :).

      Je pense aussi exactement qu’une thèse doit être partielle. Et l’on n’a pas à refaire sa thèse toute sa vie, c’est plutôt la thèse qui n’est que le premier pas d’une recherche qui prend toute une vie. Cependant, ce qui me frappe ici, c’est quelque chose qui est plutôt en amont de la thèse, comme une « culture générale » de la recherche. J’admets aisément à présent, je pense, que la thèse porte sur un objet limité, et que l’analyse elle-même ne soit que partielle, mais je voudrais tellement d’abord avoir la culture nécessaire.

      Toute l’ambigüité est là : on ne peut pas s’empêcher d’avoir l’impression que c’est une « culture nécessaire » et pourtant, on voit bien que ça devient rapidement une culture impossible… en tout cas, au début d’une vie de recherche… Du coup, là aussi, tu as raison : il faut admettre de n’avoir que des références partielles, mais ce n’est pas simple, parce qu’on est pris dans des injonctions paradoxales. Le réalisme de la recherche veut que ces références ne soient que partielles, mais les impératifs de scientificité, que ce soit les siens propres, ceux des auteurs que l’on lit, ou ceux du jury qui va nous lire, donnent tous l’impression d’une injonction à connaitre toutes ces références. C’est ce paradoxe que je voulais ici mettre à plat et, ainsi, à distance, pour essayer de m’en sortir, et de m’en sortir dignement.

      C’est ça qui me fait dire, à la fin du texte, que le mieux est de partir de son propre problème, et pas de cette « culture générale nécessaire », puis de choisir ses références à la fois en fonction de sa propre question de recherche et en fonction des aléas de la lecture, inévitablement faits de rencontres et de hasards…

      Séb.

  2. Cher Sébastien, ce que tu évoques avec brio dans ton billet, richement référencé! , est simplement la condition d’humilité inhérente à tout travail de recherche et, plus fondamentalement inscrite en chaque homme : il faut choisir de croiser
    deux ou trois disciplines, et construire sa problématique à partir de ce « tissage » et de soi-même. La totalité – ou l’infini – sont devenus des pièges pour l’homme chercheur d’aujourd’hui; plus moyen d’être Léonard de Vinci, ou Pic de la Mirandole, ou même Umberto Eco, sauf dans l’érudition du fragment. Dès lors, construire en écartant des champs possibles te garantit une issue lucide. Et de toute façon, l’humanité profonde qui caractérise la personne que tu es reste extraordinaire. Courage à toi!

    1. Merci pour ton commentaire, chère Martine. Je suis d’accord avec toi pour l’érudition, et je n’envie d’ailleurs pas spécialement l’érudition impressionnante d’Umberto Eco. En revanche, il me semble qu’il faut veiller à avoir, comme tu le suggérais sur Fb avec Bernardin de Saint-Pierre, quelque chose comme une vue d’ensemble. Cela me semble surtout impératif en sciences humaines. Que la culture soit partielle et fragmentée me convient bien, en revanche il faut un regard qui permet de sortir des ornières disciplinaires qui tendent à rendre toute recherche sur l’humain un peu aveugle et un peu bornée. C’est l’éternel équilibre entre spécialisation et généralisation, mais il faut en tout cas intégrer la multiplicité des faits humains et sociaux…

  3. Ce billet me ramène quelques années en arrière…

    Le monde de la recherche est un monde de miroir où on se sent mieux en étalant son savoir face à quelqu’un qui parait en avoir moins.
    Cela donne ce complexe du doctorant (qui se maintient ensuite dans certaines situations) qui pense qu’il lui faut tout maitriser (sans doute cela est-il rassurant psychologiquement) sous peine de manquer une relation théorique importante. Mais cela demande du temps, ce dont on prend conscience quand on a plus à subir le stress de la fin de thèse (ou du début).

    Il faut aussi veiller à maintenir une direction.
    Le recours à la sociologie, par exemple, ne doit pas être trop fréquent sous peine d’être étiqueté dans un autre champ alors qu’on n’est pas sociologue.

    Au final, je crois effectivement que le meilleur chemin est celui qui conduit à construire son propre objet avec les références que l’on se choisit. On peut alors créer des relations inédites entre les champs.
    Et puis c’est aussi le rôle du directeur de thèse (qui lui est censé avoir lu tout cela) de signaler les liaisons manquantes et d’indiquer les lectures à ne pas manquer 😉

    1. Chère Estelle,

      Merci d’avoir partagé avec moi votre petite remontée dans le temps… 🙂

      Mon pauvre promoteur qui devrait avoir lu tous les ouvrages que m’indique ma boulimie scientifique ! Je témoigne qu’il fait tout ce qu’il peut pour me mettre des balises, et m’orienter.

      Je suis bien d’accord avec vos remarques que j’apprécie, et qui sont les bienvenues.

      Je dirais que je suis conscient que cela prend du temps et qu’une des mes difficultés est, sans doute, en faisant le premier pas qu’est la thèse sur le chemin scientifique d’une vie (en dehors, d’ailleurs, de la question de la carrière), que je voudrais déjà faire ce pas comme si je connaissais l’ensemble du chemin, histoire de ne pas faire un faux pas. Je sais que j’ai tort et que je dois me libérer de cette pression que je me mets en grande partie à moi-même (et qui est l’une des explications de ma thèse interminable). J’ai écrit en réalité ce billet pour favoriser ce travail de libération.

      Du coup, votre avant dernier paragraphe me ravit, surtout que vous êtes passée par l’épreuve de la thèse :

      “Au final, je crois effectivement que le meilleur chemin est celui qui conduit à construire son propre objet avec les références que l’on se choisit. On peut alors créer des relations inédites entre les champs.”

      Merci !

      Sébastien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *